Header image for news printout

Au Nigéria : Michelle Bachelet condamne les assassinats commis par l'armée et appelle à une « réforme en profondeur » des forces de sécurité

English

GENÈVE (21 octobre 2020) - La Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, a fermement condamné ce mercredi l'usage excessif et disproportionné de la force par les forces armées nigérianes à Lagos, dans la soirée de mardi. Elle a appelé les autorités nigérianes à prendre des mesures urgentes pour traiter de manière décisive le problème sous-jacent des violations persistantes commises par les forces de sécurité, et à redoubler d’efforts pour traduire en justice le personnel de la police et de l'armée coupables de crimes contre des civils.
"Si le nombre de victimes lors de la fusillade d'hier au point de péage de Lekki à Lagos n'est toujours pas clair, il ne fait aucun doute qu'il s'agit d'un cas de recours excessif à la force, entraînant des exécutions illégales à balles réelles, par les forces armées nigérianes", a déclaré Mme Bachelet. "Les rapports selon lesquels les caméras de surveillance et l'éclairage ont été délibérément éteints avant la fusillade sont encore plus inquiétants car, s'ils sont confirmés, ils suggèrent que cette attaque déplorable contre des manifestants pacifiques était préméditée, planifiée et coordonnée".

« Le Nigeria était déjà au point critique avant cette fusillade en raison des révélations sur des années de violence incontrôlée, de meurtres, de viols, d'extorsion et autres violations par la Brigade spéciale de répression des vols (SARS) », a poursuivi la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme. « Bien que les autorités aient maintenant dissous la SARS et annoncé une série d'enquêtes aux niveaux fédéral et étatiques, il y a encore eu peu d'accusations, voire aucune, portées contre ses membres, malgré les preuves abondantes contre divers membres de la brigade, ainsi qu’à l’encontre d’autres membres des forces de sécurité et de l'armée ».

De nombreux Nigérians semblent ne pas faire confiance aux enquêtes et autres mesures annoncées par les autorités, et ont continué à descendre dans les rues dans plusieurs villes pour protester.  « J'apprécie que le gouvernement ait pris un certain nombre de mesures pour répondre aux demandes des manifestants », a déclaré Mme Bachelet. « Cependant, la création immédiate d'une autre équipe d’élite au sein des forces spéciales de la police pour remplacer la SRAS, a naturellement érodé encore plus la confiance du public, et ce dernier événement terrible à Lagos est comme de jeter gratuitement de l'essence sur un feu qui commençait déjà à se déchaîner de façon incontrôlée ».

Michelle Bachelet a déclaré que la manière de restaurer la confiance et de ramener la paix dans les rues du Nigeria passe par la prise de mesures concrètes et immédiates de la part des autorités pour montrer qu'elles sont sincèrement déterminées à lutter contre l'impunité, après des années d'inaction. « Il doit y avoir des enquêtes immédiates, indépendantes, transparentes et approfondies, non seulement sur les meurtres d'hier soir, mais aussi sur toutes les violations commises précédemment par les forces de sécurité », a déclaré Mme Bachelet. « Les personnes désignées pour mener de telles enquêtes doivent non seulement être impartiales, mais doivent être largement perçues comme telles. Et, lorsqu'il existe déjà suffisamment de preuves pour justifier des accusations, la suspension immédiate d'officiers - y compris d'officiers supérieurs - soupçonnés d'avoir commis des crimes graves, devraient avoir lieu bien avant la conclusion de telles enquêtes ».

« Après tant d'années de violations signalées qui n'ont pas été traitées de manière adéquate, il faut également réexaminer en profondeur l'ensemble du secteur de la sécurité et du système de surveillance civil », a ajouté la Haute-Commissaire. « Cela devrait inclure un examen complet des règles d'engagement et des systèmes et méthodes de contrôle ».

Michelle Bachelet a également demandé des enquêtes immédiates sur les rapports faisant état d'attaques violentes et provocatrices contre des manifestants pacifiques par des groupes non identifiés armés de matraques, de coutelas, de bâtons ou de fusils, avec dans certains cas le soutien manifeste de la police ou d'autres forces de sécurité.

« Les gens ont le droit de se réunir pacifiquement et de protester - et, comme l'attaque d'hier par les militaires l'illustre de façon frappante, au Nigeria, ils ont de nombreuses raisons de le faire », a déclaré Mme Bachelet.  « Le gouvernement a la responsabilité de prendre des mesures concrètes pour assurer la réalisation du droit de réunion pacifique, notamment en dissuadant d'autres personnes qui ont l'intention de les empêcher d'exercer ce droit. L'attention du monde entier est maintenant fortement concentrée sur la façon dont le gouvernement et les forces de sécurité du Nigeria vont réagir dans les jours et les semaines à venir ».

La Haute-Commissaire a exhorté les autorités à accorder des réparations aux victimes et à ouvrir un dialogue approfondi avec les jeunes leaders, les étudiants et d'autres groupes qui ont joué un rôle important parmi les manifestants.

« Dans une population dont l'âge médian est si jeune, il est important d'écouter les revendications de la jeune génération et de faire un effort pour résoudre les multiples problèmes auxquels elle est confrontée, qui comprennent - mais sont loin de se limiter à - des brutalités et des violations policières ».

FIN

Pour plus d’informations ou pour toute demande des médias, veuillez contacter : Rupert Colville - + 41 22 917 9767 / rcolville@ohchr.orgou Marta Hurtado +41 22 917 9466 /  mhurtado@ohchr.org

Tag and share - Twitter: @UNHumanRights and Facebook: unitednationshumanrights