Header image for news printout

Avançons ensemble : conversation avec d’anciens présidents des Amériques

Dialogue interaméricain

Vidéo de Michelle Bachelet, Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme

Le 10 décembre 2020

C’est avec plaisir que je me joins à vous à l’occasion de la Journée des droits de l’homme.

Mes salutations les plus chaleureuses à Tom Shannon, Michael Shifter et à tous ceux qui participent à la discussion d’aujourd’hui, y compris les présidents Chinchilla, Lagos, Santos et Zedillo.

Cette conversation arrive à point nommé.

Nous avons désormais une bien meilleure idée des conséquences de la COVID-19, parmi elles la plus grosse récession que nous ayons connue depuis la Deuxième Guerre mondiale et la plus importante contraction économique en Amérique latine et aux Caraïbes depuis un siècle.

Les pays et les entités multilatérales et régionales sont sous pression pour trouver des mesures rapides et efficaces afin d’atténuer ces conséquences.

Et elles sont importantes.

Selon une étude menée conjointement par l’OIT et la CEPALC, 47 millions d’emplois seront perdus en 2020, touchant principalement les femmes, les jeunes et les migrants. 

Deux décennies de progrès pour réduire la pauvreté et les inégalités sont menacées et pourraient apporter une nouvelle vague de troubles sociaux.

Toutefois, les obstacles auxquels sont confrontées les Amériques datent d’avant la COVID-19.

Les inégalités, la migration, les changements climatiques, la dégradation de l’environnement, le crime organisé et l’affaiblissement de l’état de droit et des institutions n’en sont qu’une partie.

De nombreux pays dans la région sont en crise et peu de solutions ont été trouvées.

Le multilatéralisme est indispensable pour pouvoir surmonter ces obstacles.

À cet égard, je salue l’intention du futur président Biden de revitaliser l’engagement des États-Unis envers les droits de l’homme, à l’échelle nationale et internationale, y compris sa volonté de collaborer avec les pays des Amériques à propos des changements climatiques, des énergies propres, des droits de l’homme et de la lutte contre la corruption.

Je salue également les stratégies nouvelles et améliorées visant à réduire la pauvreté et la violence à travers la région, et en particulier en Amérique centrale. J’espère que nous porterons aussi notre attention sur certaines crises des droits de l’homme dans la région qui suscitent moins de réactions.

Heureusement, certains développements récents font espérer une résurgence du consensus et de la direction à l’échelle régionale.

Lors de la 38e session de la CEPALC le mois dernier, les ministres des affaires étrangères et les autorités de haut niveau des Amériques ont signé une déclaration réaffirmant leur engagement en faveur de la coopération internationale, du multilatéralisme et de la solidarité dans la réponse mondiale à la pandémie, ainsi que de la mise en œuvre effective du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Cette coopération est au cœur du « nouveau contrat social » que le Secrétaire général et moi-même demandons.

Dans le cadre de ces efforts, il est essentiel que les pays soutiennent des initiatives garantissant que le vaccin de la COVID-19 soit un bien commun mondial.

Une autre bonne nouvelle pour la coopération régionale est l’entrée en vigueur prochaine de l’Accord d’Escazú, le premier traité sur les droits de l’homme lié à l’environnement en Amérique latine et dans les Caraïbes.  Cet accord novateur vise non seulement à lutter contre la pollution et à garantir un environnement sain, mais qui exige également des États qu’ils préviennent et sanctionnent les attaques contre les défenseurs de l’environnement, qui sont très menacés dans la région.

Ces initiatives montrent le potentiel en matière de direction et d’action coordonnée au niveau interaméricain.

Aujourd’hui, nous sommes confrontés à de nombreuses incertitudes, mais une chose est sûre : nous devons mieux reconstruire à l’issue de la pandémie.

Et pour cela, nous devons agir ensemble.

Tel est le thème de cette Journée des droits de l’homme.

Je suis convaincue que vous et tous les dirigeants de la région travaillerez à renforcer les efforts multilatéraux en cette période de graves problèmes régionaux et mondiaux.

Merci.