Header image for news printout

Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'Holocauste

Déclaration de Michelle Bachelet, Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme

27 janvier 2021

English

« Auschwitz-Birkenau, le plus grand camp d'extermination nazi, a été libéré en ce jour-là, il y a 76 ans.

En cette journée de commémoration et de tristesse, nous nous souvenons de l'horreur à laquelle peuvent mener la haine et le mensonge.

Des millions de femmes, d'enfants et d'hommes - un tiers du peuple juif, et d'innombrables membres d'autres minorités et groupes persécutés - furent assassinés.

Nous pleurons ces morts épouvantables. Nous honorons la mémoire des victimes.

Nous nous rappelons de l'indifférence passive de tant de personnes face à ces crimes - et la participation active de beaucoup d'autres.

Nous réaffirmons notre détermination à combattre les forces de la haine et de la discrimination - partout.

Au cours de l'année dernière, le nombre de crimes de haine a augmenté de façon effrayante dans de nombreuses sociétés. Dans l'agitation causée par la pandémie de COVID-19, une forte augmentation de l'activité antisémite en ligne a également été constatée. Le Congrès juif mondial a signalé une augmentation de 30 % des insultes antisémites sur les principaux sites de médias sociaux depuis novembre 2019.

Avec une énergie renouvelée, les théoriciens du complot associent de plus en plus souvent les idéologies politiques extrêmes et divagations antisémites – conduisant ainsi à l'élaboration de mensonges et de contrevérités faisant porter la responsabilité de tout échec gouvernemental sur des personnes juives ou sur la communauté juive dans son ensemble.

Encouragées par des leaders d'opinion irresponsables - renforcées et légitimées par les puissants moteurs que sont les médias numériques - ces inventions haineuses sont profondément dommageables en elles-mêmes et peuvent constituer une réelle menace de violence.

Tout comme dans les années 1930, le mensonge, la haine, la désignation de boucs émissaires et la déshumanisation brisent également notre fibre sociale. Les mots ont des conséquences.

Les gouvernements et les plateformes numériques devraient rapidement réévaluer leur responsabilité quant à l'émergence de ces tendances ou leur participation à celles-ci.

Nous devons nous opposer aux mensonges. Nous devons veiller à ce que le discours public soit fondé sur des faits qui reflètent objectivement la vérité - notamment la vérité fondamentale de l'égalité de nos droits et de notre dignité en tant qu'êtres humains. Nous devons investir dans l'éducation aux droits de l'homme afin de lutter contre la discrimination et les théories conspirationnistes toxiques et sans fondement.

Tirer les leçons du XXe siècle revient à comprendre que nous devons nous lever et défendre les droits de l'homme - pour que l'humanité puisse survivre. »

FIN

Pour plus d'informations ou pour toute demande des médias, veuillez contacter :

Rupert Colville : + 41 22 917 9767 / rcolville@ohchr.org ou

Ravina Shamdasani : + 41 22 917 9169 / rshamdasani@ohchr.org ou

Marta Hurtado : + 41 22 917 9466 / mhurtado@ohchr.org

Tag and share

Twitter @UNHumanRights

Facebook unitednationshumanrights

Instagram @unitednationshumanrights