Header image for news printout

Déclaration à l'occasion de la Journée mondiale de l'eau

English | Español

« Réflexions et propositions éthiques pour la gestion de l'eau sous l’approche des droits humains »

Le 22 mars 2021, nous célébrons la Journée mondiale de l'eau, une date pour réfléchir aux 2,2 milliards de personnes qui vivent sans accès à l'eau potable. Cette année, le thème de la Journée mondiale de l'eau 2021 est « valoriser l'eau », la devise #water2me et la question directrice « qu'est-ce que l'eau signifie pour vous ? ». Les valeurs de l'eau vont au-delà de sa valeur économique et, du point de vue des droits humains, englobent des dimensions sociales, culturelles et environnementales. Ces dimensions nécessitent une attention particulière lorsque nous pensons à la santé publique et lorsque nous examinons la relation profonde entre l'eau et la nature.

En 2021, nous célébrons la Journée mondiale de l'eau, en réfléchissant aux différentes valeurs de l'eau, dans un contexte caractérisé par la confluence de deux enjeux importants. D'une part, la crise sans précédent que traverse le monde au milieu de la pandémie COVID19 ; le virus ne discrimine pas les personnes et tout le monde a besoin de suffisamment d'eau et de produits d'hygiène pour prévenir l'infection. D'autre part, les pressions se multiplient pour faire évoluer la valeur de l'eau en tant que bien public pour la considérer comme une simple marchandise, sujette à la spéculation financière sur les marchés à terme. Compte tenu de cela, C'est une bonne occasion pour célébrer la Journée mondiale de l'eau en réfléchissant aux valeurs de l'eau.

Concernant sa matérialité, l'eau est toujours H2O, plus ou moins pure ; Cependant, de par ses multiples usages, y compris la jouissance des droits humains à l'eau et à l'assainissement, la valeur de l'eau est appréhendée différemment, car ces usages sont liés à des gammes éthiques différentes. Par exemple, Comment comparer la valeur de l'eau du minimum vital nécessaire pour garantir une vie digne, reconnue comme un droit humain par l'Assemblée générale des Nations Unies et le Conseil des droits humain, avec la valeur de l'eau pour remplir - légitimement - une piscine ?

De mon point de vue, il faudrait distinguer les niveaux éthiques entre les différents usages de l'eau: l'eau pour la vie, l'eau d'intérêt public, l'eau pour l'économie et l'eau-crime.

L'eau pour la vie fait référence aux usages et aux fonctions de l'eau qui sont nécessaires pour maintenir la vie en général et, en particulier, la santé et la dignité des personnes, à la fois individuellement et collectivement. Cette utilisation de l'eau doit être gérée avec le plus haut niveau de priorité.

À ce niveau, le minimum vital nécessaire au maintien de la vie et de la dignité des personnes doit être garanti avant tout en tant que droit humain. Même dans les cas où les services d'eau et d'assainissement ne peuvent pas être offerts à domicile, au moins la source publique d'eau potable doit être garantie à moins de 100 mètres de la maison, auquel cas l'OMS (2003) estime qu'environ 50 litres / personne / jour serait le minimum vital1. En Afrique du Sud, en 2000, le gouvernement a décidé de financer 6 000 litres par ménage et par mois comme minimum vital. En Colombie, la Cour constitutionnelle a établi ce minimum à 50 litres / personne / jour. Sans aucun doute, établir ce minimum essentiel est contextuel et dépendra des climats, des cultures et, en fin de compte, du cadre juridique de chaque pays, mais en tout cas, quand on parle de ce minimum vital nécessaire pour garantir la vie et la dignité des personnes, en tant que droit humain, je voudrais souligner que nous parlons de quantités qui représentent un petit pourcentage qui n'atteint pas 5 pour cent de l'eau que nous extrayons de la nature à des fins diverses. Aucune rivière ou aquifère ne se tarira parce que nous extrayons l'eau nécessaire pour satisfaire les droits humains à l'eau potable et à l'assainissement. Par conséquent, il ne peut être justifié que personne dans le monde ait des difficultés à jouir de ces droits humain sous les «arguments de rareté», si l'on suppose le principe de priorité éthique qui doit être appliqué.

Même la rareté des ressources financières ne devrait pas justifier que les plus pauvres n’aient pas d’accès à l’eau potable. En effet, dans de nombreux pays, n'ayant pas les moyens pour fournir des services d'eau potable et d'assainissement à domicile, l'eau potable a été garantie pour tous, assurant au moins la fontaine publique avec de l'eau potable pour tous, sur la place publique du village ou du quartier, proche de tous les voisins. L'essentiel était et doit être d'assumer la priorité obligatoire de garantir au moins ces sources publiques, avant même le pavage ou l'éclairage des rues.

Ce niveau de priorité éthique qu’on doit adresser à l'eau pour la vie, doit également inclure l'eau dont les communautés en situation de vulnérabilité ont besoin pour produire leur propre nourriture ; eau qui est, d‘ailleurs, liée au droit humain à l'alimentation.

Et enfin, l'eau pour la vie doit inclure aussi l'eau nécessaire, en quantité et en qualité, pour préserver la santé des rivières et des écosystèmes aquatiques, défi dont dépend largement l'accès effectif à l'eau potable pour les plus appauvris, ainsi que la pêche, la base protéique de l'alimentation de nombreuses communautés vulnérables. Fonctions de l'eau liées dans ce cas au droit humain à un environnement sain et durable.

L'eau d'intérêt public fait référence aux usages, services et activités d'intérêt général pour la société dans son ensemble et doit être gérée à un deuxième niveau de priorité.

À ce niveau, nous aurions, par exemple, les services d'eau et d'assainissement domestiques, qui représentent environ 10% de l'eau extraite de la nature, en moyenne mondiale2. Aujourd'hui, ces services d'eau et d'assainissement domestiques, en plus de couvrir les services de base, considérés comme des droits humain, offrent des niveaux de bien-être qui, étant d'intérêt général pour nos sociétés, devraient atteindre tous les voisins, sur la base du respect des devoirs correspondants. Le paiement des frais serait, par exemple, l'un de ces devoirs, bien que selon des critères sociaux qui garantissent l'accessibilité de ces services pour tous. Un système de tarifs pour les blocs de consommation à des prix croissants devrait établir un coût très bas pour le premier bloc, qui serait même gratuit pour les familles vivant dans la pauvreté, comme minimum vital et en tant que droit humain; le coût du deuxième bloc pourrait recouvrir les coûts; et les blocs les plus élevés devraient coûter beaucoup plus cher pour générer une subvention croisée des usages de luxe aux usages de base. Cet ordre tarifaire contredit la logique habituelle du marché, dans lequel le coût est généralement abaissé pour les bons clients qui achètent de plus grandes quantités afin d'inciter à la consommation et de maximiser les profits. Dans ce cas, cependant, l'objectif ne doit pas être de maximiser les profits ou d'encourager la consommation de luxe, mais de garantir à tous d'excellents services domestiques, tels que des services d'intérêt public, en minimisant les impacts environnementaux.

Dans cet espace, les usages et les activités productives d'intérêt public doivent également être pris en compte, tels que ceux générés par les petits et moyens agriculteurs et éleveurs. Des activités productives qui préservent le tissu social dans de nombreuses zones rurales, en plus de générer de multiples services socio-environnementaux que la logique du marché ne reconnaît ou n'apprécie généralement pas, mais qui présentent un intérêt général pour la société dans son ensemble.

L'eau pour l'économie fait référence à l'eau utilisée dans les activités productives qui génèrent des bénéfices et des revenus pour ceux qui les mènent; utilisations protégées par le droit légitime d'améliorer notre niveau de vie et notre richesse grâce à des activités de travail et des initiatives commerciales.

Il ne fait aucun doute que ces types d'activités sont celles qui génèrent la plus grande demande en eau et celles qui produisent les plus grands risques et impacts des rejets polluants. Des activités et des demandes qui, dans tous les cas, devraient être gérées à partir d'un troisième niveau de priorité et selon le principe strict du recouvrement des coûts, sans subventions directes ou croisées, sur la base des bénéfices et des revenus générés par ces activités. Malheureusement, le pouvoir économique, souvent avec la complicité du pouvoir politique, finit par obtenir la priorité et même des subventions publiques pour ce type d'utilisation, mettant même parfois en péril la santé publique, ainsi que la durabilité des écosystèmes, et en sacrifiant les droits humains.

« L’eau-crime » fait référence aux utilisations dans des activités illégitimes qui génèrent des impacts inacceptables, dus à des extractions abusives ou à des déversements toxiques, qui mettent en danger la santé publique et la durabilité des écosystèmes, affectant gravement la potabilité, la disponibilité et l'accessibilité de l'eau et donc les droits humains à l'eau potable et à l'assainissement. Des usages et des activités productives qui, étant illégitimes, doivent être illégaux et strictement interdits.

A tous ces niveaux, bien que nous parlions toujours d'eau, nous devons établir des priorités, clarifier les objectifs et promouvoir des critères de gestion appropriés. Nous parlons de principes et de critères éthiques qui devraient soutenir une réponse démocratique au défi d'assurer une gestion durable et équitable de l'eau, basée sur la priorité de garantir les droits humains à l'eau potable et à l'assainissement, ainsi que la durabilité et la santé des écosystèmes aquatiques et de la vie elle-même dans ce monde.

Notes :