Header image for news printout

Conférence de Hernán Santa Cruz : La contribution du développement aux droits de l'homme en République de Guinée

Message vidéo de Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme

13 juillet 2021

English

Bonjour à toutes et à tous.
Je me félicite de cet événement qui témoigne de l'engagement du peuple de Guinée en faveur du droit au développement et de tous les autres droits de l'homme. En tant que Présidente du Groupe des 77+Chine, la Guinée a l'opportunité d'amplifier des messages importants sur les droits de l'homme à un moment crucial où les droits de l'homme sont éprouvés partout dans le monde.

Les droits de l'homme fonctionnent en synergie. Le droit au développement place l'être humain au centre du développement et appelle à une distribution équitable des bénéfices du développement, ainsi qu'à une participation libre, active et significative de chacun et chacune. Parallèlement à un développement inclusif, équitable et durable, cette vision holistique promeut la coopération et la solidarité, un espace civique ouvert, le respect des libertés fondamentales et la justice.

En tant que tel, il peut contribuer à accélérer la transformation des économies africaines et à faire progresser les droits de l'homme des personnes en garantissant le relèvement du continent après l'impact du COVID-19.

Les 18 derniers mois ont vu une cascade de revers en matière de droits de l'homme à travers le monde. Sur tout le continent africain, la crise a touché plus durement les communautés les plus pauvres et les plus vulnérables, et elle a mis en évidence le manque de protection qui résulte de l'insuffisance des soins de santé et de l'éducation, de l'inégalité femmes et hommes, des limites de la protection sociale et des obstacles à l'accès aux services de base.

Dans le monde entier, des dizaines de millions de personnes ont souffert de la faim et sont retombées dans la pauvreté. Les progrès en matière d'égalité entre femmes et hommes, et filles et garçon ont été stoppés, voire inversés. Des enfants e ne sont pas allés à l'école. Des systèmes de santé et des secteurs commerciaux entiers ont été brisés. Les progrès vers la réalisation de l'Agenda 2030 ont été stoppés, notamment en ce qui concerne les personnes les plus marginalisées.

Dans l'ensemble, ces tendances qui se chevauchent ont exacerbé les souffrances, les griefs et les risques de violence et de conflit.

Mais la reprise est possible - et en tant que présidente du G77, la Guinée a l'occasion de présenter des politiques équitables axées sur les personnes et la préservation notre planète, dans le cadre d'un large partenariat.

Ces dernières années, la Guinée a renforcé sa coopération avec mon Bureau, et un travail prometteur est en coursen termes de droit au développement et de droits économiques, sociaux et culturels. Il s'agit notamment de l'autonomisation économique des femmes et des jeunes; de la lutte contre la corruption; de la promotion d'un secteur privé responsable, grâce à un partenariat avec la Chambre des mines; et du prochain plan national de développement économique et social.

J'espère que cet engagement positif s'étendra également à la lutte contre l'impunité - y compris à l'égard des membres des forces de sécurité - et à des garanties solides en matière de droits civils et politiques. Les nombreuses recommandations adressées à la Guinée par les experts des droits de l'homme des Nations Unies constituent une base solide pour ce travail.

Dans le contexte environnemental, comme dans tout autre domaine d'action, l'accès à l'information, la participation significative et la justice pour tous sont des droits essentiels, qui ouvrent la voie à une action plus durable et plus efficace. Je salue l'inclusion du droit à un environnement sain dans la Constitution de la Guinée, et j'encourage les mesures visant à promouvoir efficacement ce droit en tant que facteur clé de la réalisation de la promesse du développement durable. Et la mise en œuvre effective de lois et de règlements fondés sur les droits de l'homme peut contribuer à relever les défis résultant du changement climatique, de l'érosion des sols et des industries extractives.

Excellences,

La pandémie a des leçons importantes à nous apprendre à tous. Dans tous les pays et toutes les régions, elle a démontré que faire progresser le droit au développement et s'attaquer aux causes profondes de la pauvreté, des inégalités, des crises sanitaires et sociales et de la dégradation de l'environnement favorisera la paix, la justice et la réalisation du développement durable. Ces mesures peuvent être soutenues par des actions visant à élargir l'espace fiscal, notamment en luttant contre la corruption. En assurant une transition juste vers une économie durable, ces politiques investissent dans le bien-être et la dignité de la population - ce qui constitue certainement le meilleur investissement pour tous.

De nombreux grands juristes de ce continent - tels que Mohammed Bedjaoui d'Algérie, Georges Abi-Saab d'Egypte et le juge Keba Mbaye du Sénégal le savaient lorsqu'ils ont contribué à façonner le droit au développement. Ils travaillaient dans l'esprit d'Hernán Santa Cruz, qui a contribué à ce que la Déclaration universelle des droits de l'homme mette l'accent sur les droits économiques et sociaux.

L'Agenda 2030 des Nations Unies pour le développement durable et l'Agenda 2063 de l'Union africaine sont des engagements pris par les États pour ne laisser aucune personne, ni aucun pays, de côté. Comme ces deux grandes promesses faites aux peuples du monde, la Déclaration sur le droit au développement repose également sur la coopération internationale. Les gouvernements et les citoyens sont de plus en plus confrontés à des problèmes complexes, urgents - et mondiaux. Sur des sujets tels que les catastrophes environnementales croissantes, COVID-19 et la nécessité d'un accès universel et équitable aux vaccins, le transfert de technologie, les flux financiers illicites, l'allègement de la dette, le financement durable - et bien d'autres encore - il est crucial de travailler ensemble, de manière solidaire et guidée par les principes efficaces et puissants des droits de l'homme. Diverses formes de partenariat, dont la coopération Sud-Sud, peuvent garantir des résultats positifs pour tous.

Le peuple de Guinée a démontré à maintes reprises sa résilience, sa capacité d'innovation et de résolution des problèmes, son sens de la solidarité et son profond attachement à la dignité humaine. Les autres peuvent apprendre beaucoup de l'expérience de ce pays. Mon Bureau fera tout ce qui est en son pouvoir pour vous soutenir dans votre travail continu de défense des droits de l'homme.

Merci.