Les enfants malgaches recevront des cours d’éducation aux droits de l’homme à l’école


Des élèves bénéficiant de cours de rattrapage dans l’école primaire d’Ampasy Nampoina, dans la région d’Anosy, à Madagascar, 2020. @ UNICEF/UNI302869/Ralaivita

L’équipe de pays des Nations Unies, le HCDH et le Ministère de l’éducation nationale de Madagascar ont signé un mémorandum d’accord historique visant à intégrer l’éducation aux droits de l’homme dans les programmes scolaires des écoles primaires et secondaires dans tout le pays.

Cette décision vient concrétiser les recommandations émises par le Conseil des droits de l’homme à Madagascar durant les Examens périodiques universels de 2014 et 2019.

Depuis 2019, le conseiller principal pour les droits de l’homme de l’équipe de pays des Nations Unies fournit une assistance technique au Ministère de l’éducation nationale. Dans le cadre de ses fonctions, il a conçu un programme de formation de formateurs pour une vingtaine d’experts des droits de l’homme, qui est animé par le coordonnateur des activités relatives aux droits de l’homme au Ministère. Avec le soutien financier du HCDH, ces experts ont également conçu et reçu des ressources, notamment un livret interactif pour les élèves, un manuel pour les enseignants et un jeu de cartes sur les droits de l’homme, afin de soutenir la formation aux droits de l’homme des enseignants et l’éducation aux droits de l’homme des élèves.

« L’intégration des droits de l’homme dans les programmes scolaires aura d’importantes répercussions, comme le renforcement du rôle des femmes au sein de la société malgache, ainsi que la réduction de la violence et de la pauvreté », a déclaré avec enthousiasme Vanessa Tolojanahary Tahirintsoa, une élève de 6e de l’établissement secondaire Anosisoa à Antananarivo.

L’éducation aux droits de l’homme vise à promouvoir les valeurs, les croyances et les attitudes qui encouragent tous les individus à défendre leurs propres droits et ceux des autres. Elle contribue de manière indispensable à la prévention des violations à long terme et constitue un investissement important en vue d’obtenir des sociétés justes où les droits de l’homme de chaque individu sont promus et respectés.

Les signataires du mémorandum d’accord espèrent que cette nouvelle initiative aidera à promouvoir les droits de l’homme à travers le pays, à renforcer l’épanouissement personnel des élèves et à leur faire mieux comprendre leurs responsabilités pour concrétiser les droits de l’homme dans leur communauté.

« L’éducation aux droits de l’homme permettra aux élèves de devenir de bons citoyens et les aidera à adopter des comportements non violents dans leurs relations interpersonnelles et face aux problèmes quotidiens qu’ils rencontreront dans la société malgache », a indiqué la Ministre de l’éducation nationale Marie Michelle Sahondrarimalala.

Mme Ravaoarinirina, professeure de physique dans l’établissement d’enseignement secondaire Ambohitrimanjaka, a fait écho aux paroles de la Ministre en soulignant que « les élèves qui connaissent leurs droits seront capables de les défendre et de défendre ceux d’autrui, et pourront promouvoir la dignité humaine et l’égalité à l’école et au sein de la société ».

Ce nouveau mémorandum d’accord fait suite à plusieurs accords successifs signés par l’équipe de pays des Nations Unies à Madagascar depuis 2014 dans le but d’améliorer l’éducation aux droits de l’homme dans diverses institutions nationales, comme les départements des forces de défense et de sécurité et les établissements d’enseignement supérieur, parmi eux le département de droit de l’Université d’Antananarivo en avril 2015. L’équipe de pays des Nations Unies espère établir d’autres partenariats avec trois autres universités à Madagascar.

S’exprimant à propos de cette avancée phare, la coordonnatrice résidente des Nations Unies Issa Sanogo a déclaré : « l’équipe de pays s’engage à soutenir le Gouvernement dans la mise en œuvre du mémorandum d’accord, qui contribuera sans conteste à promouvoir les droits de l’homme auprès des jeunes et des enfants. Cela est essentiel pour bâtir une société plus juste, plus inclusive et plus pacifique. »

13 avril 2021

Voir aussi