Rebeca Gyumi, lauréate du Prix des droits de l’homme 2018


En 2016, Rebeca Gyumi a contesté la loi tanzanienne sur le mariage qui permettait à des filles d’être mariées dès l’âge de 14 ans avec le consentement de leurs parents. Grâce à sa pétition et à la campagne menée par son organisation, Msichana Initiative, la Haute Cour de Tanzanie a déclaré dans une décision historique que la loi sur le mariage de 1971 était inconstitutionnelle et discriminatoire à l’égard des filles. La décision de la Haute Cour a permis d’augmenter l’âge minimum du mariage à 18 ans pour les garçons et les filles.

Rebeca Gyumi s’adressant à un groupe d’élèves, le 4 décembre 2018 © Photo Nations UniesLa Msichana Initiative (Msichana signifiant " fille " en swahili) vise à autonomiser les filles grâce à l’éducation et à lutter contre les problèmes qui limitent leur droit à l’éducation.

" Je me suis rendu compte que la jeunesse dans mon pays faisait face à de nombreux problèmes, mais que ceux auxquels les filles étaient confrontées étaient encore plus nombreux et plus urgents, a déclaré Rebeca Gyumi. Le problème du mariage des enfants était particulièrement frustrant pour moi car même si je participais à de nombreuses réunions de sensibilisation pendant lesquelles nous discutions de la manière dont nous allions garantir l’âge minimum du mariage à 18 ans, je constatais peu de progrès. "

" Alors, je me suis demandé ce que je pouvais faire, en tant qu’avocate et en tant que jeune personne qui peut se faire le porte-parole de ce mouvement, pour accélérer le processus et augmenter l’âge minimum, et c’est là que l’idée de la pétition est née ", a-t-elle ajouté.

Rebeca Gyumi est lauréate du prestigieux Prix des droits de l’homme des Nations Unies 2018. Il s’agit d’un prix honorifique accordé aux individus et aux organisations en reconnaissance de leurs accomplissements exceptionnels en matière de droits de l’homme.

Il sert à reconnaître les réalisations des lauréats et à montrer aux défenseurs des droits de l’homme du monde entier que la communauté internationale les remercie et les appuie dans leurs efforts pour promouvoir tous les droits de l’homme.

La cérémonie de remise des prix pour 2018 prix a eu lieu au siège des Nations Unies à New York le 18 décembre dernier, dans le cadre des célébrations organisées pour la Journée des droits de l’homme.

Cette année, les trois autres lauréats sont Amsa Jahagir (à titre posthume), avocate pakistanaise spécialisée dans le domaine des droits de l’homme ; Joenia Wapixana (Joenia Batista de Carvalho), militante pour les communautés autochtones au Brésil ; et l’organisation irlandaise Front Line Defenders, qui travaille pour la promotion et la protection des défenseurs des droits de l’homme.


Vidéo

20 décembre 2018

Voir aussi