Bilan de la visite du Haut-Commissaire en RDC


Au terme d’une visite de quatre jours en République démocratique du Congo, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a souligné les importants progrès réalisés dans le pays, après tant d’années de massacres et de destruction, y compris des avancées dans le domaine des droits économiques et sociaux et des mesures clefs pour réformer la justice.

Le Haut-Commissaire, qui s’est rendu à Goma et Bukavu lors de sa mission et a rencontré des survivantes de violences sexuelles à l’hôpital de Panzi, a insisté sur le fait que la « volonté d'enquêter et de condamner les auteurs de violence sexuelle, quelque soit leur rang, peut avoir un impact décisif dans la prévention de ces crimes ».

« Ces femmes, qui représentent tant d’autres victimes, doivent savoir qu’on les reconnait et que tout sera mis en œuvre pour s'assurer que ces violations extrêmement répugnantes ne se répètent pas », a-t-il dit.

Zeid Ra’ad Al Hussein a toutefois souligné que ces avancées pourraient aujourd’hui être en danger. « Alors que des échéances électorales cruciales approchent, la tension monte. Je reçois des rapports faisant état d'une augmentation des violations des droits civils et politiques fondamentaux par des acteurs étatiques… L’espace public pour l’expression des voix dissidentes est maintenant clairement sous pression, » a-t-il noté. Il a ajouté être très préoccupé par des « rapports faisant état d’un harcèlement croissant des représentants de la société civile et des journalistes, de la répression des voix qui s’opposent au gouvernement et des dispersions excessives et parfois mortelles de manifestations. »

La RDC est à un « moment charnière », a-t-il dit.

La déclaration dans son entier est disponible sur ce lien : http://www.ohchr.org/FR/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=20293&LangID=F

21 juillet 2016

Voir aussi