" Nous, chefs d’État et de gouvernement, [...] sommes résolus à faire du droit au développement une réalité pour tous et à mettre l’humanité entière à l’abri du besoin. "
Déclaration du Millénaire

Logo: Déclaration sur le droit au développement

Le développement est un droit de l’homme


Introduction

En stipulant que chacun a " le droit de participer et de contribuer à un développement économique, social, culturel et politique dans lequel tous les droits de l’homme et toutes les libertés fondamentales puissent être pleinement réalisés, et de bénéficier de ce développement ", la Déclaration des Nations Unies sur le droit au développement de 1986 a marqué un tournant dans l’histoire en reconnaissant officiellement le développement comme étant un droit appartenant à tous.

Le droit de chacun

Un pêcheur qui jette un filet à Niamey, au Niger. @Jan HoffmannComme tous les droits de l’homme, le droit au développement appartient à chacun, individuellement et collectivement, sans discrimination et s’exerce avec la participation de tous. La Déclaration reconnaît le droit à l’autodétermination et à la pleine souveraineté sur les richesses et les ressources naturelles.

La poursuite de la croissance économique n’est pas une fin en soi. Le droit au développement place l’être humain au centre du processus de développement, qui vise à améliorer " le bien-être de l’ensemble de la population et de tous les individus, sur la base de leur participation active, libre et significative au développement et au partage équitable des bienfaits qui en découlent ".

L’année 2011 marque le 25e anniversaire de la Déclaration. Pourtant, nombreux sont les enfants, les femmes et les hommes – les acteurs mêmes du développement – qui vivent toujours dans le cruel besoin de réaliser leur droit à la dignité, la liberté et l’égalité des chances, ce qui compromet directement l’exercice d’un grand nombre de droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels.

Un droit qui répond aux défis du monde contemporain  

Des ouvriers transportant des marchandises à Lahore, au Pakistan. @Jan HoffmannNotre monde est actuellement confronté à de nombreux défis, notamment l’aggravation des écarts de pauvreté, les pénuries alimentaires, les changements climatiques, les crises économiques, les conflits armés, la montée du chômage et les troubles populaires. Le droit au développement, qui incarne les principes de l’égalité, de la non-discrimination, de la participation, de la transparence, de la responsabilité ainsi que de la coopération internationale, peut nous aider à répondre à un ensemble de problèmes et de défis contemporains.

Le droit au développement n’est pas une question de charité mais d’autonomisation et de participation. La Déclaration identifie les obstacles au développement, incite les individus et les peuples à devenir autonomes, instaure aux niveaux national et international un environnement propice et une bonne gouvernance pour le développement, et accroît la responsabilité de ceux qui ont des obligations, à savoir les gouvernements, les donateurs et bénéficiaires, les organisations internationales, les sociétés transnationales et la société civile.

Agir ensemble, dès aujourd’hui

La Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, a encouragé les gouvernements et toutes les personnes concernées à saisir l’occasion de cet anniversaire pour dépasser les débats politiques et réfléchir à des mesures concrètes permettant de mettre en œuvre la Déclaration.

" Je me dois de lancer un appel à l’occasion de cet anniversaire. Nous devons mettre fin à la répartition discriminatoire des bienfaits du développement. Nous devons empêcher que 500 000 femmes meurent chaque année en couches alors que leur mort pourrait être évitée. Nous devons faire en sorte que des millions d’enfants ne souffrent plus de la faim dans un monde d’abondance. Nous devons aussi veiller à ce que, dans chaque pays, la population bénéficie de l’exploitation des ressources naturelles et participe véritablement à la prise de décisions. Ce sont là les thèmes abordés dans la Déclaration, qui préconise la réalisation de l’égalité des chances et d’un ordre social juste ", a-t-elle déclaré.

Selon la Déclaration, " Les États ont le devoir de coopérer les uns avec les autres pour assurer le développement et éliminer les obstacles au développement ". Le HCDH fournit des services au Groupe de travail intergouvernemental sur le droit au développement*. En 2011, à l’occasion du 25e anniversaire de la Déclaration, le HCDH s’est efforcé de mieux faire connaître et comprendre le droit au développement, et de renforcer le dialogue sur ce thème à travers une série de manifestations et d’activités d’information destinées au public.

Téléchargez la version imprimable de la note d’information complète : anglais | arabe | chinois | espagnolfrançaisrusse

Plus d’informations

Vous pouvez également obtenir plus d’informations en envoyant un courriel à l’adresse  R2D@ohchr.org