L'extrême pauvreté et les droits de l'homme

Ceux qui vivent dans la pauvreté sont souvent privés de nombreux droits de l'homme, notamment l'accès à l'éducation, aux services de santé, à l'eau potable et à des conditions d'hygiène élémentaires. Ces personnes ne peuvent souvent pas participer de manière significative aux processus politiques ni obtenir justice lorsque leurs droits de l'homme ont été violés.

Les différentes dimensions de la pauvreté

L'extrême pauvreté est un phénomène multidimensionnel. Il ne s'agit pas seulement d'un manque de revenus suffisants, mais implique également de nombreux autres facteurs. De nombreuses organisations internationales mesurent encore la pauvreté uniquement sur la base des revenus, comme la Banque mondiale et son seuil de 1,90 dollar par jour. Ces approches ne rendent pas compte de la complexité de l'extrême pauvreté et de ses vastes répercussions sur les droits de l'homme. 

Selon le Rapport sur le développement humain 2019 du PNUD, plus de 1,3 milliard de personnes sont en situation de pauvreté selon l'indice de pauvreté multidimensionnelle.

La cause et la conséquence des violations des droits de l'homme

L'extrême pauvreté peut être l'une des causes des violations des droits de l'homme, par exemple car les personnes démunies sont forcées de travailler dans des environnements qui ne sont pas sûrs ni sains. La pauvreté peut également être la conséquence de violations des droits de l'homme, par exemple lorsque des enfants sont incapables d'échapper à la pauvreté, car l'État ne fournit pas un accès adéquat à l'éducation.

La pauvreté est un problème urgent des droits de l'homme

L'élimination de l'extrême pauvreté n'a rien à voir avec la charité ; il s'agit d'un problème urgent des droits de l'homme. Sa persistance dans les pays qui ont les moyens de l'éliminer constitue une violation flagrante des droits de l'homme.