Conseil d’administration


Composition

Le travail du Fonds est guidé par les recommandations d’un Conseil d’administration indépendant, composé d’un président et de quatre membres provenant chacun d’une région géographique différente. Les membres du Conseil d’administration sont nommés par le Secrétaire général pour une période de trois ans renouvelable une fois. Ils sont spécialisés dans les droits de l’homme, en particulier les formes contemporaines d’esclavage, et dans d’autres domaines pertinents tels que la collecte de fonds et la gestion de projets.

Danwood Mzikenge Chirwa (Malawi) est professeur de droit public à l’Université du Cap. Il est également l’ancien directeur du département de droit public de cette université. Il a travaillé avec de nombreuses organisations non gouvernementales internationales et africaines. M. Chirwa est l’ancien secrétaire général du Réseau africain de droit constitutionnel* et a été membre du conseil d’administration d’un certain nombre d’organisations, notamment l’Open Democracy Advice Centre*, le RAPCAN (Resources Aimed at the Prevention of Child Abuse and Neglect) et le SERI (Socio-Economic Rights Institute of South Africa). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages de droit international, en particulier sur la question des droits de l’enfant.

M. Sakamoto est membre du Conseil d’administration depuis 2017 et en est le président actuel.

Hina Jilani (Pakistan) est une avocate spécialisée dans le droit international des droits de l’homme, notamment les droits des femmes, de l’enfant, des groupes minoritaires et des prisonniers. Elle est la cofondatrice du premier cabinet d’avocats exclusivement féminin du Pakistan, a participé à la création du premier centre d’aide juridique de son pays et du refuge pour femmes Dastak Charitable Trust, et a plaidé de nombreuses affaires marquantes. Mme Jilani a également été experte indépendante des Nations Unies, notamment au sein du Groupe consultatif mondial de la société civile auprès d’ONU Femmes (2012-2015) et en tant que Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU pour la question des défenseurs des droits de l’homme (2000-2008). Elle a reçu de nombreuses distinctions en reconnaissance de sa carrière et a été professeure invitée aux universités de Columbia, Georgetown et Oxford.  En 2013, elle a été nommée membre du groupe The Elders, fondé par Nelson Mandela. 

Mme Jilani est membre du Conseil d’administration depuis 2020.

Suamhirs Piraino-Guzman (Honduras) est un psychologue comportemental agréé, spécialisé dans les soins tenant compte des traumatismes et la santé mentale des survivants des formes contemporaines d’esclavage. Lui-même survivant de l’exploitation sexuelle et de la traite des enfants, il est devenu un fervent défenseur du bien public et un membre actif des réseaux de survivants. En 2015, il a été nommé par le président des États-Unis d’Amérique de l’époque pour siéger au Conseil consultatif fédéral sur la traite des êtres humains jusqu’en 2018. En tant qu’expert-conseil international, M. Piraino-Guzman s’est spécialisé dans la santé mentale des victimes de violence fondée sur le genre et a également travaillé au sein du réseau d’intervention contre la traite des êtres humains du Comité international de secours. Il travaille actuellement au département des services communautaires et de santé du comté de King (Seattle, États-Unis).

M. Piraino-Guzman est membre du Conseil d’administration depuis 2020.

Ecaterina Schilling (République de Moldova) est sociologue et philologue spécialisée dans les liens entre la migration irrégulière et la traite des êtres humains. Elle a travaillé dans le domaine de la détection, des entretiens et de la réadaptation des survivants de la traite des êtres humains pour l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) en Turquie et au Royaume-Uni. Mme Schilling a également travaillé sur des questions liées à la migration avec le Programme canadien d’intégration des immigrants. Elle a plus de dix ans d’expérience dans la sensibilisation et la prise de parole en public contre les formes contemporaines d’esclavage, et a formé du personnel consulaire, des ONG et des membres des forces de l’ordre à l’identification et à l’autonomisation des survivants de la traite. Elle a été administratrice et membre du Conseil d’administration du programme international HERA (Her Equality Rights and Autonomy).

Mme Schilling est membre du Conseil d’administration depuis 2020.

Georgina Vaz Cabral (France) est avocate et spécialiste internationale des questions liées la traite des êtres humains. Elle a contribué pendant plus de 20 ans aux efforts de lutte contre la traite des êtres humains avec diverses institutions internationales et nationales, dont l’ONUDC, l’OIM, la Commission européenne, le Conseil de l’Europe, l’Institut des droits de l’homme Ludwig Boltzmann et plus récemment ECPAT International. Elle a été conseillère auprès de la Représentante spéciale et coordinatrice de l’OSCE pour la lutte contre la traite des êtres humains (2010-2018) et membre du Groupe d’experts sur la traite des êtres humains de la Commission européenne (2009-2011). Elle est membre du Comité contre l’esclavage moderne, une ONG dans laquelle elle a commencé en tant que bénévole et travaillé en tant que responsable de projets (1998-2003). Elle est l’auteure de diverses publications sur des questions liées à la traite et à l’esclavage, notamment l’ouvrage La traite des êtres humains : réalités de l’esclavage contemporain (éditions La Découverte, 2006).

Mme Vaz Cabral est membre du Conseil d’administration depuis 2017.

Fonctions et méthodes de travail

Dans le cadre de ses fonctions consultatives, le Conseil d’administration recommande des demandes de subvention, donne des conseils sur des questions de politique générale et mène des collectes de fonds et des activités de sensibilisation, notamment en organisant des consultations avec des donateurs, des chefs de projets et des partenaires stratégiques.

Le Conseil collabore étroitement avec d’autres mécanismes des Nations Unies, notamment le Rapporteur spécial sur les formes contemporaines d’esclavage, le Rapporteur spécial sur la traite des êtres humains et le Rapporteur spécial sur la vente et l’exploitation sexuelle d’enfants.

Il se réunit une fois par an en novembre à Genève, en Suisse. Durant sa session d’une semaine, le Conseil définit ses priorités, examine ses politiques et adopte des recommandations sur les subventions. Les membres du Conseil organisent également régulièrement des appels intersessions avec le Secrétariat du Fonds et d’autres parties prenantes.


Fonds de contributions volontaires des Nations Unies pour la lutte contre les formes contemporaines d’esclavage
Demander une subvention
Contribuer au Fonds
Autres participations
Coordonnées

Fonds de contributions volontaires pour la lutte contre les formes contemporaines d’esclavage
HCDH-ONUG, 8-14 Avenue de la Paix
1211 Genève 10
Suisse
Courriel : slaveryfund@ohchr.org
Téléphone : (41) 22 917 9376
Télécopie : (41) 22 917 9017