« Pour chaque enfant, maintenant et pour les générations à venir » – Michelle Bachelet


« Tous les enfants ont leur mot à dire, mais tous n'ont pas la chance de pouvoir le faire. Si c'était le cas, notre monde serait bien meilleur, pour les enfants et avec eux », a déclaré Joséphine, 17 ans, défenseuse des droits de l'enfant au Sénégal.

 Campagne visuelle de la CRC30. @HCDH/Alexandra Linnik Joséphine fait partie des dizaines d'enfants venus du monde entier pour défendre leurs droits à Genève à l'occasion du 30e anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant, le jour même de son adoption il y a trente ans par l'Assemblée générale des Nations Unies.

La Convention fut premier traité contraignant à reconnaître les enfants comme des êtres humains à part entière disposant de droits intangibles. Cet accord phare est devenu le traité relatif aux droits de l'homme le plus largement accepté dans le monde et sa ratification est pratiquement universelle.

Ce que veulent les enfants

Parmi la multitude de questions soulevées – comme l'impact du terrorisme, de la biotechnologie et des changements climatiques sur la réalisation des droits de l'enfant – la participation des enfants a été un thème central de cette conférence de trois jours au cours de laquelle les enfants et les jeunes ont joué un rôle actif, en soulignant leur volonté de continuer à participer pleinement à tous les processus décisionnels qui les concernent.

Ils ont également souligné le besoin urgent de disposer de meilleures données sur les droits de l'enfant de manière à pouvoir examiner les progrès accomplis en la matière, et ont exigé d'être inclus dans les démarches entreprises pour recueillir de telles données. Ils ont en outre demandé des systèmes judiciaires adaptés qui leur permettraient de faire valoir leurs droits et demander réparation lorsque ces droits ne sont pas respectés.

Certains aspects liés à l'utilisation des nouvelles technologies de l'information se sont révélés être également une source de préoccupation pour les enfants. Internet a le même âge que la Convention et a transformé la vie de millions de personnes dans le monde, y compris des utilisateurs de moins de 18 ans, qui représentent un tiers des internautes. Ces défenseurs des droits de l'enfant ont lancé un appel urgent pour protéger les enfants des multiples formes de dangers présents en ligne.

Dans un appel lancé à tous les États pour mettre en œuvre la Convention relative aux droits de l'enfant* , Michelle Bachelet, Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, a souligné que les enfants du monde entier constituent le groupe de population le plus vulnérable, ajoutant qu'un changement transformateur était nécessaire pour assurer un avenir meilleur sur la planète.

« Les filles, les enfants handicapés, et ceux déjà marginalisés en raison de leur situation migratoire, de leur caste ou de leur origine ethnique, religieuse ou nationale sont particulièrement susceptibles de souffrir d'une discrimination structurelle », a-t-elle expliqué.

« Dans toutes les régions du monde, les enfants se retrouvant dans des situations de conflit – ou contraints de fuir leur foyer – risquent d'être vendus ou victimes de la traite, souvent à des fins d'exploitation sexuelle ou de travail forcé. »

Engagements

Le 30e anniversaire a donné l'occasion à la communauté internationale d'intensifier ses efforts en vue de favoriser l'épanouissement des enfants et de renouveler ses engagements à protéger et à promouvoir tous les droits de l'homme. À la suite d'un appel lancé par le Comité des droits de l'enfant, l'organisme des Nations Unies chargé du suivi de la conformité des États aux dispositions de la Convention, une cinquantaine d'États ont réaffirmé leur engagement à respecter les dispositions de la Convention relative aux droits de l'enfant.

« En tant que Haute-Commissaire aux droits de l'homme, je m'engage également à faire de mon mieux pour protéger et promouvoir les droits indivisibles et inaliénables de tous les enfants, en toute circonstance et dans tous les pays », a déclaré Mme Bachelet.

Durant la conférence de Genève, elle a passé le relais des célébrations à l'Assemblée générale* au Siège des Nations Unies à New York. Dans une communication vidéo reliant les deux côtés de l'Atlantique, la Haute-Commissaire a rappelé que les droits des enfants sont une priorité pour tous les organismes des Nations Unies du monde entier.

« Bâtir un monde plus pacifique, plus égal, plus inclusif et plus stimulant est au cœur de tout ce que nous faisons », a ajouté Mme Bachelet.

22 novembre 2019

Voir aussi