Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale


 © OHCHR

Saviez-vous que le 21 mars est la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale* ? En ce jour, en 1960, la police a ouvert le feu et tué 69 personnes lors d'une manifestation pacifique contre les lois relatives aux laissez-passer imposés par l'apartheid, à Sharpeville en Afrique du Sud. Proclamant cette Journée internationale en 1966, l'Assemblée générale des Nations Unies a appelé la communauté internationale à redoubler d'efforts pour éliminer toutes les formes de discrimination raciale.

« Je crains que le monde ne se trouve à nouveau dans une période aiguë de la bataille contre le démon de la haine »*, a déclaré Antonio Guterres, Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies. Face à la montée alarmante de la xénophobie, du racisme et de l'intolérance, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a lancé la campagne #FightRacism* pour encourager une culture mondiale de la tolérance, de l'égalité et de la lutte contre la discrimination.

Pour célébrer cette année la Journée du 21 mars, la campagne #FightRacism mettra en vedette plusieurs personnalités mondiales qui ont choisi de combattre la discrimination dans le domaine du sport et de s'associer à l'Euroligue de basket-ball pour promouvoir un message d'unité.

En 2020, la campagne de lutte contre le racisme mettra en lumière les activités de plaidoyer menées par plusieurs grands noms de la culture populaire mondiale (comme le sport, la musique, la mode, le cinéma ou encore la télévision), pour promouvoir l'égalité et la lutte contre la discrimination.

Le 21 mars est également l'occasion d'attirer l'attention sur la Décennie internationale pour les personnes d'ascendance africaine, qui font partie des groupes de population les plus pauvres et les plus marginalisés. Cinq ans après le lancement de la Décennie en 2015, l'Assemblée générale des Nations Unies procédera à un examen à mi-parcours* décisif, en évaluant ce qu'ont accompli les pays dans ce domaine, et en identifiant les mesures à prendre pour améliorer la situation des droits de l'homme des personnes d'ascendance africaine. Plusieurs études et conclusions d'organismes nationaux et internationaux montrent que les personnes d'ascendance africaine ont encore un accès limité à un enseignement de qualité, aux services de santé, au logement et à la sécurité sociale. La Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme Michelle Bachelet s'exprimera à propos de cet examen à mi-parcours au Conseil des droits de l'homme.

Aidez-nous à lutter contre le racisme et passez à l'action en rejoignant la campagne #FightRacism. Chaque jour, nous pouvons tous lutter contre les préjugés raciaux et l'intolérance.

13 mars 2020

Voir aussi