Les femmes, qui sont les plus affectées par la COVID-19, devraient participer aux efforts de reprise


SDes travailleuses migrantes bloquées marchent pour monter à bord d’un train spécial après l’assouplissement des mesures nationales de confinement imposées à titre de prévention contre la COVID-19, à Chennai, en Inde, le 10 mai 2020. Arun SANKAR/AFP

Les quarantaines, les fermetures d'écoles et d'autres restrictions de mouvement visant à freiner la propagation de la COVID-19 ont contribué à la forte augmentation de la violence fondée sur le genre, en particulier la violence domestique et celle au sein du couple, ont déclaré plusieurs experts au Conseil des droits de l'homme.

Cela est dû, ont-ils ajouté, à l'augmentation des tensions dans les situations inévitables de coexistence plus étroite, au stress économique et à la perturbation des réseaux sociaux et de protection.

En outre, les systèmes de santé surchargés, la réaffectation des ressources, les pénuries de fournitures médicales et les perturbations des chaînes d'approvisionnement mondiales ont nui à la santé et aux droits des femmes et des filles en matière de sexualité et de procréation, y compris leur accès aux soins maternels, à la contraception, et aux traitements du VIH/sida et d'autres infections sexuellement transmissibles.

Plus d'inégalité signifie plus de risques pour les femmes et les filles

« Les femmes et les filles sont plus exposées, non pas en raison d'une vulnérabilité inhérente, mais plutôt à cause de discriminations et d'inégalités préexistantes. Beaucoup ont qualifié cette situation de pandémie au sein la pandémie », a déclaré Peggy Hicks, directrice de la Division des activités thématiques, des procédures spéciales et du droit au développement du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH), citant les estimations du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) qui prévoient que si les mesures restrictives durent six mois, 31 millions de cas supplémentaires de violence fondée sur le genre verront le jour dans le monde.

« Heureusement, nous disposons déjà de stratégies efficaces pour mieux reconstruire tout en faisant progresser l'égalité des sexes », a-t-elle ajouté. « Il s'agit du Programme de développement durable à l'horizon 2030, du Programme d'action de Beijing et de la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Ce dont nous avons besoin maintenant, c'est d'accélérer leur mise en œuvre de manière véritablement globale. »

Les femmes ont travaillé en première ligne face à la crise de la COVID-19. Elles représentent 70 % des travailleurs de la santé à l'échelle mondiale. Elles ont également joué un rôle crucial dans les services essentiels, tels que la production alimentaire et la chaîne d'approvisionnement, les secteurs du nettoyage et de la blanchisserie, et celui des soins.

Pourtant, de nombreuses femmes ont des emplois peu rémunérés et irréguliers, et dans le secteur informel où elles n'ont pas ou peu accès à la protection sociale. Les femmes sont également surreprésentées dans les secteurs qui ont été parmi les plus durement touchés par les mesures de lutte contre la COVID-19 : l'accueil, la vente au détail et les loisirs.

En outre, l'inégalité préexistante entre les sexes, telle que l'écart de rémunération entre les hommes et les femmes et les déséquilibres flagrants dans la répartition par sexe des soins non rémunérés et du travail domestique, est susceptible d'amener les femmes à renoncer à participer au marché du travail pendant la pandémie et au-delà.

L'inclusion pour « reconstruire en mieux »

Arancha González Laya, Ministre espagnole des affaires étrangères, de l'Union européenne et de la coopération, a déclaré que l'un des objectifs de son pays depuis le début de la pandémie a été de garantir une reprise durable et transformatrice qui place les droits de l'homme au cœur des projets et des politiques visant à « reconstruire en mieux ».

« La réponse économique et les politiques de reprise après la pandémie doivent tenir compte spécifiquement de l'impact sur les femmes », a-t-elle déclaré. « La reconnaissance des services de soins non rémunérés, la réduction des écarts de salaires et les politiques fiscales et de protection sociale devraient aboutir à une véritable autonomisation économique des femmes et éviter une nouvelle féminisation de la pauvreté. »

Les experts ont également souligné que les organisations de femmes et les défenseuses des droits humains à l'échelle communautaire ont été en première ligne pour surveiller l'impact de la COVID-19 sur les femmes et les filles.

L'une de ces défenseuses est Editar Adhiambo Ochieng, fondatrice de la Feminist for Peace Rights and Justice Centre. Cette militante des droits des femmes de l'établissement informel de Kibera à Nairobi, au Kenya, a déclaré que si la pandémie a frappé le monde entier, elle a également eu des répercussions sur les femmes et les filles des établissements informels, notamment des cas quotidiens de jeunes filles et d'adolescentes violées ou agressées par des membres de leur famille ou leurs voisins. 

« Nous avons aidé à créer des espaces sûrs pour les femmes, car la plupart des femmes de Kibera sont des travailleuses domestiques et certaines d'entre elles ont perdu leur emploi. Le simple fait de rester à la maison a été difficile, car elles ont connu des niveaux croissants de violence domestique et elles sont maintenant incapables de subvenir aux besoins de leur famille », a-t-elle expliqué.

Le Centre s'est entretenu avec des femmes et de jeunes filles sur la violence sexuelle et fondée sur le genre et sur la santé procréative, et a fourni des contraceptifs aux femmes.

Natalia Kanem, directrice exécutive du FNUAP, a souligné que l'inégalité entre les sexes imprègne le système de santé et que les besoins spécifiques des femmes, y compris celles en première ligne de la lutte contre la COVID-19, ne sont pas suffisamment pris en compte. Elle a également exhorté les États à « défendre vigoureusement la santé et les droits des femmes en matière de santé sexuelle et procréative durant la COVID-19 ».

« La COVID-19 affecte tout le monde, mais pas de manière égale. Le FNUAP prévoit que la pandémie risque d'entraîner des millions de cas supplémentaires de violence fondée sur le genre et, avec l'interruption des services de planification familiale, des millions de grossesses non désirées supplémentaires », a déclaré Mme Kanem.

En raison de la pandémie, les systèmes de santé surchargés, la réaffectation des ressources, les pénuries de fournitures médicales et les perturbations des chaînes d'approvisionnement mondiales ont nui à la santé et aux droits des femmes et des filles en matière de sexualité et de procréation, y compris leur accès aux soins maternels, à la contraception, et aux traitements du VIH/sida et d'autres infections sexuellement transmissibles. En outre, les filles risquent davantage d'être exposées à des pratiques préjudiciables, comme le mariage d'enfants, en raison de la perturbation des systèmes d'aide aux enfants.

« Nous constatons déjà un recul dans les efforts visant à prévenir le mariage d'enfants et les mutilations génitales féminines, car les filles ne sont plus scolarisées et sont donc plus susceptibles d'être mariées ou mutilées contre leur gré. Nous pouvons mettre fin à cela », a déclaré Mme Kanem.

Rééquilibrer les structures de pouvoir

Selon Jayati Ghosh, professeure d'économie à l'université Jawaharlal Nehru, en Inde, la crise de la COVID-19 a eu de multiples répercussions sur les femmes. Elle a affecté les travailleuses rémunérées et non rémunérées au sein des foyers et des communautés ; les ressortissantes et les migrantes ; et les femmes des pays en développement quant à leur accès à l'alimentation et aux soins de santé, notamment ceux liés à la santé procréative.

Elle a ajouté que la pandémie a « renforcé les inégalités relationnelles et les structures de pouvoir qui rendent possible l'oppression patriarcale au sein des ménages et des communautés. »

« Dans la plupart des pays, les travailleuses ont été plus susceptibles de perdre leur emploi ou de subir des réductions de revenus que les hommes pendant la période de confinement. Davantage de femmes ont également abandonné la vie active pour garder leurs enfants et en raison d'autres responsabilités domestiques, avec la fermeture des écoles », a déclaré Mme Ghosh.

« Cette diminution de l'emploi rémunéré des femmes aura probablement un impact à plus long terme, car les pertes d'emploi en période de récession entraînent généralement par la suite une baisse des salaires et une hausse de la précarité de l'emploi ».

Jayati Ghosh a lancé un appel en faveur d'une « nouvelle donne mondiale » qui se concentrerait sur le secteur des soins et sur la réduction des inégalités.

Phumzile Mlambo-Ngcuka, directrice exécutive d'ONU-Femmes, a déclaré que même si les femmes dirigeantes ont été saluées pour leurs actions face à la pandémie, dans le monde entier, les femmes continuent de se heurter à des obstacles pour accéder aux postes de direction politique.

« Elles ont "aplati la courbe" et établi de nouvelles normes de direction en matière de transparence, d'engagement du public et de prise de décision fondée sur des données scientifiques. Elles ont reconnu les inquiétudes et pris des décisions difficiles. Elles sont désormais des modèles de lutte contre la crise, qui inspireront les futures générations de femmes », a-t-elle déclaré. 

Phumzile Mlambo-Ngcuka a également souligné l'importance du rôle des femmes dans les postes de direction pour lutter contre la COVID-19, étant donné que la pandémie a aggravé l'inégalité entre les sexes. « La participation des femmes est cruciale à tous les stades des processus décisionnels législatifs, politiques et budgétaires. Cela peut nécessiter des mesures temporaires spéciales, telles que celles fréquemment recommandées par le [Comité pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes] et dans le Programme d'action de Beijing », a-t-elle déclaré.

« Une poignée de femmes chefs d'État et de gouvernement montrent au monde entier comment trouver des solutions durables à la pandémie. Nous devons suivre leur exemple et veiller à ce que plus de femmes puissent les rejoindre comme dirigeantes et modèles, pendant et après la pandémie », a ajouté Mme Mlambo-Ngcuka.

22 juillet 2020

Voir aussi