Skip to main content

Le HCDH au Venezuela

Le HCDH dispose d’une solide expérience en matière de surveillance et de recueil d’informations sur la situation des droits de l’homme au Venezuela. Il a publié deux rapports publics (2017 et 2018) reposant sur le mandat global du Haut-Commissaire en vertu de la résolution 48/141 de l’Assemblée générale. Depuis septembre 2019, le Haut-Commissaire a présenté au Conseil des droits de l’homme des mises à jour et des exposés oraux conformément aux résolutions (39/1 (2018), 42/4 et 42/25 (2019), 45/2 et 45/20 (2020)) du Conseil des droits de l’homme. Le HCDH poursuivra son travail d'assistance technique, de surveillance et d'établissement de rapports, conformément au mandat de la résolution A/HRC/51/29 (2022) du Conseil des droits de l'homme.

Le HCDH mène des activités au Venezuela au sein du bureau du coordonnateur résident des Nations Unies depuis 2019. Cette présence lui permet de soutenir la mise en œuvre effective des recommandations émises dans les rapports susmentionnés et de celles émanant d’autres mécanismes des droits de l’homme des Nations Unies, de fournir un soutien à la société civile et de continuer à évaluer directement et de manière crédible la situation des droits de l’homme dans le pays ainsi que les défis à relever.

Travaux du HCDH

Depuis octobre 2019, le HCDH au Venezuela fournit une assistance technique et surveille la situation des droits de l’homme dans le but de :

  • prévenir la récurrence des violations des droits de l’homme par la mise en place d’une stratégie d’alerte rapide, notamment en développant un mécanisme conjoint de renvoi des cas individuels de violations des droits de l’homme aux autorités compétentes pour que des mesures urgentes soient adoptées ;
  • renforcer la mise en œuvre des recommandations émises par les mécanismes internationaux des droits de l’homme tels que les organes conventionnels, les procédures spéciales, le Conseil des droits de l’homme et l’Examen périodique universel ;
  • consolider l’état de droit et le principe de responsabilité concernant les violations des droits de l’homme. Les activités d’assistance technique comprennent notamment la tenue de séminaires avec la Commission nationale pour la prévention de la torture et le Bureau du médiateur, la mise à jour des protocoles sur l’usage de la force, l’évaluation des centres de détention préventive, et l’évaluation des effets des sanctions sur les droits de l’homme ;
  • sensibiliser l’opinion et d’attirer son attention sur les violations des droits économiques et sociaux, qui se sont encore aggravées avec la pandémie de COVID-19, et notamment sur leurs effets disproportionnés sur les femmes, les enfants, les peuples autochtones, les personnes âgées et les personnes handicapées ;
  • protéger et renforcer l’espace démocratique en protégeant les défenseurs des droits de l’homme, en collaborant avec les organisations de la société civile et en encourageant la mise en place de processus participatifs et inclusifs dans les discussions ainsi que l’adoption de plans et de politiques en matière de droits de l’homme.

Le HCDH apporte également son soutien en encourageant l’adoption d’une méthodologie inclusive et participative dans le cadre de l’élaboration du deuxième plan national pour les droits de l’homme et de la mise en place d’un mécanisme national pour l’établissement de rapports et le suivi des recommandations émises par les mécanismes internationaux des droits de l’homme.

Réalisations

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme joue un rôle clé dans le renforcement du travail des organisations de défense des droits de l’homme dans le pays en leur fournissant des outils et des conseils pour accéder aux mécanismes internationaux des droits de l’homme, ainsi qu’en surveillant de près la situation des défenseurs des droits de l’homme et des travailleurs des médias et en soutenant leur travail. En plus d’aider les institutions de l’État, il a également construit un large réseau de contacts et de sources dans tout le pays.

Il joue également un rôle important grâce à son accès direct aux victimes et à leurs familles. Depuis qu’il est présent dans le pays, le HCDH a réussi à accéder progressivement à différents lieux de détention, y compris, aux centres gérés par les services de renseignement. Le HCDH a poursuivi les visites pendant la pandémie de COVID-19, alors que les visites des familles et des avocats avaient été suspendues, faisant ainsi le lien entre les détenus et le monde extérieur. En outre, le HCDH et les autorités ont élaboré conjointement un mécanisme de renvoi des cas spécifiques et des situations de violation des droits de l’homme vers les autorités compétentes.

Sa présence au Venezuela lui permet en outre de travailler avec d’autres organismes des Nations Unies au niveau national afin d’intégrer les droits de l'homme au sein du système des Nations Unies et d’établir un lien entre l'humanitaire, le développement et les droits de l'homme. Le HCDH joue un rôle clé dans le renforcement du système d'alerte précoce et de protection des Nations Unies.

VOIR CETTE PAGE EN :

Mots-clés