Skip to main content

Activités du HCDH en matière de droit au développement

Le HCDH et le droit au développement

L’ONU a joué un rôle majeur tout au long de l’émergence et de l’évolution du droit au développement, aussi bien avant qu’après l’adoption de la Déclaration sur le droit au développement. En savoir plus sur les événements majeurs en lien avec le droit au développement

Le droit au développement est le seul droit de l’homme spécifiquement mentionné dans la résolution 48/141 de l’Assemblée générale, par laquelle elle a créé le poste de Haut-Commissaire ainsi que le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme. L’Assemblée générale a demandé au Haut-Commissaire de « promouvoir et protéger la réalisation du droit au développement et, à cet effet, [d’]obtenir un soutien accru des organismes compétents des Nations Unies ».

En outre, l’Assemblée générale demande chaque année au Haut-Commissaire d’universaliser la réalisation du droit au développement et « de s’employer concrètement à renforcer le partenariat mondial pour le développement entre les États Membres, les organismes de développement et les institutions internationales de développement ainsi que les institutions financières et commerciales internationales ».

De plus, le Conseil des droits de l’homme demande chaque année au Haut-Commissaire de garantir « la coordination entre les organismes du système des Nations Unies eu égard à la promotion et à la réalisation du droit au développement ». Le Secrétaire général et le Haut-Commissaire soumettent chaque année un rapport à l’Assemblée générale et au Conseil des droits de l’homme sur la mise en œuvre de ces demandes et sur les activités qui en découlent (voir la liste ci-dessous).  

Le HCDH s’emploie à :

  • défendre et promouvoir le droit au développement à travers la recherche, les bonnes pratiques, les réunions d’experts, et l’élaboration de documents d’information ;
  • faciliter le dialogue politique sur le droit au développement en soutenant le Groupe de travail (intergouvernemental) sur le droit au développement du Conseil des droits de l’homme ;
  • acquérir une expertise thématique et fournir des conseils techniques en soutenant le Mécanisme d’experts sur le droit au développement du Conseil des droits de l’homme ;
  • soutenir le suivi et l’analyse du droit au développement en soutenant les procédures spéciales (en particulier le Rapporteur spécial sur le droit au développement) et les organes conventionnels (en particulier le Comité des droits économiques, sociaux et culturels) ;
  • donner aux acteurs de la société civile les moyens de se mobiliser en faveur du droit au développement ;
  • intégrer le droit au développement dans l’ensemble des activités du système des Nations Unies relatives au développement (à travers des partenariats intergouvernementaux et interinstitutions, des activités de plaidoyer et des conseils techniques).

En savoir plus sur les différents mécanismes, leurs mandats et les rapports qu’ils produisent