Skip to main content

Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones

Le HCDH et les peuples autochtones

Date de publication : 12 septembre 2007

Auteur : Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme

Présenté : À la 33e session du Conseil des droits de l’homme.

Liens : A/RES/61/295 (également disponible dans plus de 60 langues)

Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones
العربية: Couverture - Texte
中文: Couverture - Texte
English: Couverture - Texte
Français: Couverture - Texte
Русский: Couverture - Texte
Spanish: Couverture - Texte

Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones – Manuel à l’intention des institutions nationales des droits de l’homme (PDF) : Français

Contexte

Le Haut-Commissaire aux droits de l’homme a accueilli l’adoption de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones par l’Assemblée générale le 13 septembre 2007 comme un triomphe pour la justice et la dignité humaine après plus de deux décennies de négociations entre les représentants des gouvernements et des peuples autochtones.

La Déclaration a été adoptée avec 144 voix pour, 11 abstentions et 4 voix contre (Australie, Canada, États-Unis et Nouvelle-Zélande). Depuis, plusieurs États ont revu leur position, dont les quatre qui avaient voté contre la Déclaration et qui l’ont adoptée depuis.

Résumé

Cette Déclaration est l’instrument le plus complet qui existe en droit international et en politique internationale, puisqu’il énonce en détail les droits des peuples autochtones et fixe des normes minimales pour leur reconnaissance, leur protection et leur promotion. Elle établit un cadre universel de normes minimales pour garantir la survie, la dignité, le bien-être et les droits des peuples autochtones du monde.

La Déclaration aborde les droits tant individuels que collectifs, les droits culturels et l’identité, les droits à l’éducation, la santé, l’emploi, la langue, etc. Elle interdit la discrimination à l’égard des peuples autochtones et encourage leur participation pleine et effective à l’examen de toutes les questions qui les concernent. Elle garantit également leur droit de conserver leurs spécificités et de définir leurs propres priorités en matière de développement économique, social et culturel. La Déclaration encourage de manière explicite l’établissement de relations harmonieuses de coopération entre les États et les peuples autochtones.

En savoir plus sur la Déclaration et la Conférence mondiale