Skip to main content

Le HCDH et les personnes âgées

Chaque vie a la même valeur. Nos droits ne s’amenuisent pas avec l’âge.

Michelle Bachelet, Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme 12 mai 2021, débat virtuel « Les droits de l’homme des personnes âgées à l’ère de la COVID-19 et au-delà »

À propos des personnes âgées et des droits de l’homme

Le vieillissement de la population est un phénomène mondial qui a de profonds effets sur les droits de l’homme de l’ensemble de la population. On estime que d’ici 2050 le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus aura doublé et atteindra 1,5 milliard de personnes. En 2050, une personne sur six dans le monde aura 65 ans ou plus.  Si l’augmentation de l’espérance de vie témoigne des progrès réalisés dans le développement humain et la santé ces dernières décennies, cette évolution démographique rapide a également mis en évidence le manque de mécanismes de protection adéquats et les lacunes existantes en matière de politiques et de programmes pour faire face à cette situation.

La crise due à la pandémie de COVID-19 a aussi mis à nu, et souvent amplifié, les graves déficiences en matière de protection des droits de l’homme auxquelles les personnes âgées sont confrontées depuis des années, comme la discrimination fondée sur l’âge, le manque de protection sociale et d’accès aux services de santé, le manque d’autonomie et de participation à la prise de décision, et le risque de violence, de négligence et d’abus.

En dépit de cette réalité, les personnes âgées restent invisibles dans le cadre juridique international actuel. À ce jour, il n’existe aucune norme internationale universellement applicable pouvant servir de référence pour élaborer une législation afin de protéger ces droits. Par conséquent, le cadre juridique international actuel reste fragmenté et incomplet, incapable de combler les lacunes spécifiques en matière de protection des personnes âgées dans l’exercice de leurs droits de l’homme.

Ces dernières années, de nombreux appels ont été lancés pour améliorer les mesures visant à promouvoir la pleine jouissance de tous les droits de l’homme des personnes âgées. Depuis 2011, le Groupe de travail à composition non limitée sur le vieillissement , créé par l’Assemblée générale, est chargé de combler les lacunes décelées dans le cadre international existant et de faire des propositions relatives à l’élaboration d’un instrument juridiquement contraignant pour renforcer la protection des droits de l’homme des personnes âgées.

Les personnes handicapées ne constituent pas un groupe homogène. Les obstacles qu’elles rencontrent dans le domaine de la protection de l’exercice de leurs droits de l’homme varient considérablement. De nombreuses personnes âgées peuvent contribuer de manière significative à notre société. Dans un monde marqué par le vieillissement rapide de sa population, il est urgent de reconnaître les personnes âgées comme des titulaires de droits à part entière, afin de leur permettre de participer pleinement à la vie sociale, économique, culturelle et politique sur un pied d’égalité et sans discrimination.

Le travail du HCDH concernant les personnes âgées

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme est chargé de s’assurer que chaque personne ait une voix, en particulier celles et ceux dont la voix est rarement entendue.

Nous nous efforçons de veiller à ce que les personnes âgées fassent partie des préoccupations liées aux droits de l’homme. Nous veillons également à ce que les gouvernements prennent toutes les mesures nécessaires pour protéger et promouvoir leurs droits de l’homme.

En collaboration avec le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies , le HCDH appuie les efforts menés par le Groupe de travail à composition non limitée sur le vieillissement en lui fournissant des services de secrétariat.

Le HCDH soutient le mandat de l’Expert indépendant chargé de promouvoir l’exercice par les personnes âgées de tous les droits de l’homme, ainsi que le travail des mécanismes des droits de l’homme des Nations Unies et des institutions nationales des droits de l’homme pour faire le suivi des droits de l’homme des personnes âgées et fournir des orientations dans ce domaine.

Le HCDH surveille activement l’impact de la crise due à la pandémie de COVID-19 sur les droits de l’homme dans le monde, y compris sur ceux des personnes âgées. Nous avons mis à la disposition des États et autres parties prenantes intéressées des orientations spécifiques aux personnes âgées.

Le HCDH collabore avec des organismes partenaires des Nations Unies comme l’OMS et le FNUAP pour soutenir la mise en œuvre de la Décennie pour le vieillissement en bonne santé 2021-2030   et l’intégration des droits de l’homme des personnes âgées dans les activités du système des Nations Unies.