Skip to main content

Notes de conférence de presse Haut-Commissariat aux droits de l’homme

Soudan : la détresse des civils en proie aux hostilités

28 avril 2023

Des Soudanais, qui ont fui les violences dans leur pays et qui viennent d’arriver, attendent d’être enregistrés dans le camp situé près de la frontière entre le Soudan et le Tchad, à Adre, au Tchad, le 26 avril 2023. © REUTERS/Mahamat Ramadane

Prononcé par

Ravina Shamdasani, porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme

Lieu

Genève

Deux semaines après le début des combats entre les Forces d’appui rapide et les Forces armées soudanaises, qui ont traumatisé la population civile et l’ont plongée dans la terreur, la misère et la souffrance, la situation des droits humains au Soudan continue de se détériorer de manière dramatique.

Des centaines de milliers de personnes ont fui à tout prix leurs foyers en quête de sûreté et ont été victimes de violences durant leur périple. Plusieurs milliers de personnes bloquées dans des zones résidentielles en proie aux combats tentent de se protéger des frappes aériennes, des bombardements et des attaques aux armes lourdes, et profitent de toute accalmie pour atteindre d’autres lieux relativement sûrs. Les populations continuent également d’être forcées de quitter leurs habitations par les Forces d’appui rapide. Elles subissent des pillages, des extorsions, de graves pénuries de nourriture, d’eau, d’électricité, de carburant, et ont un accès limité aux soins de santé, aux moyens de communication et à l’argent liquide en raison de la fermeture des banques.

Bien qu’un cessez-le-feu ait permis une certaine accalmie, des affrontements ont continué d’être signalés dans les zones densément peuplées de Khartoum, Bahri, Omdurman et dans les villes du Darfour et du Kordofan du Nord. Nous sommes inquiets face au risque grave d’escalade de la violence dans le Darfour occidental, les hostilités entre les Forces d’appui rapide et les Forces armées soudanaises ayant déclenché des violences intercommunautaires. À El Geneina, au Darfour occidental, des affrontements ethniques meurtriers ont été signalés, et l’on estime à 96 le nombre de personnes tuées depuis le 24 avril.

Nous constatons avec beaucoup d’inquiétude que des détenus ont été libérés ou se sont échappés de plusieurs prisons. La perspective de nouvelles violences, dans un climat d’impunité généralisé, est très alarmante.

Nous appelons les parties à mettre fin immédiatement aux hostilités, en particulier celles dans les zones résidentielles, et à cesser de cibler la population et les infrastructures civiles. La protection des civils doit primer. Le droit international humanitaire l’exige.

Après des décennies de répression, de conflit armé et de pauvreté, le peuple soudanais ne doit pas être soumis à de nouvelles violations de ses droits humains fondamentaux. Nous appelons toutes les personnes influentes à utiliser tous les moyens possibles pour désamorcer la situation et à être solidaires du peuple soudanais dans sa quête d’un avenir pacifique et démocratique.

Volker Türk, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, tient à souligner la détermination et le profond désir de liberté du peuple soudanais, qui a renversé une dictature militaire vieille de 30 ans et a résisté avec beaucoup de courage à la prise de pouvoir militaire qui a suivi. Il est inconcevable qu’une fois de plus la force soit utilisée contre lui. Les armes doivent se taire et la raison doit prévaloir.

Pour plus d’informations ou pour toute demande des médias, veuillez contacter :

À Genève
Ravina Shamdasani :  + 41 22 917 9169 / [email protected] ou
Liz Throssell : + 41 22 917 9296 / [email protected] ou
Marta Hurtado : + 41 22 917 9466 / [email protected]

À Nairobi
Seif Magango : + 254 788 343 897 / [email protected]

Suivez et partagez

Twitter @UNHumanRights
Facebook unitednationshumanrights
Instagram @unitednationshumanrights