Skip to main content

Notes de conférence de presse Haut-Commissariat aux droits de l’homme

Soudan : Volker Türk exprime sa profonde inquiétude face à l’escalade de la violence à El-Fasher

26 avril 2024

A partir de

Seif Magango, porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme

Lieu

Nairobi

Volker Türk, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, est gravement préoccupé par l’escalade de la violence dans la ville d’El-Fasher et ses alentours, au Darfour septentrional, où des dizaines de personnes ont été tuées au cours des deux dernières semaines suite à l’intensification des hostilités entre les Forces armées soudanaises et les Forces d’appui rapide. Selon les informations reçues, les deux parties ont lancé des attaques aveugles en utilisant des armes explosives à large rayon d’impact, notamment des obus de mortier et des roquettes tirées par des avions de chasse, dans des quartiers résidentiels.

Au moins 43 personnes, dont des femmes et des enfants, ont été tuées lors des combats entre les Forces armées soudanaises et les Forces d’appui rapide, soutenues par leurs milices alliées respectives, depuis le 14 avril, date à laquelle les Forces d’appui rapide ont commencé à pénétrer dans la ville d’El-Fasher.

Les civils sont piégés dans la ville, la seule du Darfour encore aux mains des Forces armées soudanaises, et craignent d’être tués s’ils tentent de fuir. Cette situation désastreuse est aggravée par une forte pénurie de produits de première nécessité, car les livraisons de biens commerciaux et d’aide humanitaire ont été fortement limitées par les combats, et les camions de livraison ne peuvent pas traverser librement le territoire contrôlé par les Forces d’appui rapide.

Depuis le début du mois d’avril, les Forces d’appui rapide ont mené plusieurs attaques de grande envergure sur les villages de l’ouest d’El-Fasher, principalement habités par la communauté ethnique africaine zaghawa. Les Forces d’appui rapide ont incendié plusieurs villages, dont Durma, Umoshosh, Sarafaya et Ozbani. Ces attaques font craindre de nouvelles violences à caractère ethnique au Darfour, y compris des massacres. L’année dernière, les combats et les attaques entre les Rizeigat et les Massalit africains dans le Darfour occidental ont fait des centaines de morts et de blessés parmi les civils, et des milliers de personnes ont été déplacées.

Le Haut-Commissaire appelle à une désescalade immédiate de cette situation catastrophique et à la fin du conflit qui ravage le pays depuis plus d’un an. Il demande également qu’une enquête soit menée sur toutes les allégations de violations du droit international des droits de l’homme et du droit international humanitaire et d’atteintes à ces derniers, en vue de garantir l’établissement des responsabilités et le droit des victimes à la vérité, à la justice et à des réparations. Il demande instamment aux deux parties au conflit et à leurs alliés d’accorder aux civils un passage sûr vers d’autres zones, d’assurer la protection des civils et des biens de caractère civil, et de faciliter un accès humanitaire sûr et sans entrave.

Pour plus d’informations et pour toute demande de la part des médias, veuillez contacter :

À Genève
Ravina Shamdasani : + 41 22 917 9169 / [email protected]
Jeremy Laurence : + 41 22 917 9383 / [email protected]

À Nairobi
Seif Magango : + 254 788 343 897 /[email protected]

Suivez et partagez

Twitter @UNHumanRights
Facebook unitednationshumanrights
Instagram @unitednationshumanrights