Skip to main content

Notes de conférence de presse Haut-Commissariat aux droits de l’homme

Myanmar : la crise des droits de l’homme s’aggrave dans l’État rakhine

24 mai 2024

A partir de

Liz Throssell, porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme

Lieu

Genève

Nous recevons des rapports effrayants et inquiétants en provenance du nord de l’État rakhine, au Myanmar, concernant les conséquences du conflit sur les civils et les biens de caractère civil. Certaines des allégations les plus graves concernent des incidents au cours desquels des civils rohingya ont été tués et leurs biens incendiés.

Des dizaines de milliers de civils ont été déplacés ces derniers jours par les combats dans les cantons de Buthidaung et de Maungdaw. Environ 4 000 Rohingya auraient fui vers une zone située sur le fleuve Naf, près de la frontière avec le Bangladesh, pour essayer de se protéger. Plus d’un million de Rohingya se trouvent déjà au Bangladesh, après avoir fui les précédentes vagues de persécution. Le Haut-Commissaire appelle le Bangladesh et les autres États à fournir une protection efficace à ceux qui la recherchent, conformément au droit international, et à assurer la solidarité internationale avec le Bangladesh dans l’accueil des réfugiés rohingya au Myanmar.

Des témoignages, des images satellites, des vidéos et des photos en ligne montrent que la ville de Buthidaung a été en grande partie brûlée. Nous avons reçu des informations indiquant que l’incendie a commencé le 17 mai, deux jours après que les militaires se sont retirés de la ville et que l’armée arakanaise a affirmé en avoir pris le contrôle total. Le HCDH corrobore actuellement les informations reçues sur les auteurs de ces actes.

Un survivant a décrit avoir vu des dizaines de cadavres alors qu’il fuyait la ville. Un autre survivant a déclaré qu’il faisait partie d’un groupe de déplacés comptant plusieurs dizaines de milliers de personnes, bloquées par l’armée arakanaise sur la route ouest reliant Buthidaung à Maungdaw. Les survivants ont raconté que l’armée arakanaise les avait agressés et leur avait extorqué de l’argent alors qu’ils se rendaient dans des villages rohingya situés à environ 10 à 15 kilomètres au sud de la ville, où les Rohingya déjà déplacés à la suite d’attaques antérieures contre des villages avaient auparavant trouvé refuge. Depuis des semaines, les Rohingya de ces régions se réfugient dans des familles qu’ils ne connaissent pas et n’ont pas assez de nourriture pour nourrir leur famille.

Dans les semaines qui ont précédé l’incendie de Buthidaung, le HCDH a recensé de nouvelles attaques contre des civils rohingya par l’armée du Myanmar et l’armée arakanaise dans le nord de l’État rakhine. Outre les frappes aériennes, y compris par des drones, nous avons reçu des rapports faisant état de tirs sur des villageois non armés en fuite, de décapitations, de disparitions et d’incendies d’habitations. Pendant des années, l’armée a pris pour cible les Rohingya et a activement mis en œuvre des restrictions draconiennes et discriminatoires affectant tous les aspects de leur vie.

La bataille pour la ville voisine de Maungdaw, où l’armée maintient des avant-postes et où vit une importante communauté rohingya, y compris des centaines de Rohingya déplacés qui ont quitté les villages pour s’installer en ville pour se mettre à l’abri, fait peser un risque clair et immédiat d’une grave expansion de la violence. Dans cette situation épouvantable, les civils sont une fois de plus les victimes : ils sont, tués, leurs biens sont détruits et pillés, leurs demandes de sécurité sont ignorées, et ils sont à nouveau contraints de fuir leurs maisons dans un cauchemar récurrent de souffrance.

Le Haut-Commissaire appelle à l’arrêt immédiat des violences et à la protection de tous les civils sans distinction d’identité. L’aide humanitaire doit pouvoir circuler rapidement et sans entrave, et toutes les parties doivent se conformer pleinement et sans condition au droit international, y compris aux mesures déjà ordonnées par la Cour internationale de Justice pour la protection des Rohingya.

Pour plus d’informations et pour toute demande de la part des médias, veuillez contacter :

À Genève
Liz Throssell : + 41 22 917 9296 / [email protected]
Ravina Shamdasani : + 41 22 917 9169 / [email protected]
Jeremy Laurence : +41 22 917 9383 / [email protected]

Suivez et partagez

Twitter @UNHumanRights
Facebook unitednationshumanrights
Instagram @unitednationshumanrights