Skip to main content

Communiqués de presse Haut-Commissariat aux droits de l’homme

LA HAUT-COMMISSAIRE AUX DROITS DE L'HOMME DEMANDE L'ARRÊT IMMÉDIAT DU NETTOYAGE ETHNIQUE AU KOSOVO

30 avril 1999


HR/99/34
30 avril 1999



La Haut-Commissaire aux droits de l'homme, MmeMary Robinson, a demandé aujourd'hui l'arrêt immédiat du nettoyage ethnique au Kosovo et le retour à la diplomatie et aux efforts de paix.

Informant la Commission des droits de l'homme de l'évolution de la situation au Kosovo, la Haut-Commissaire a déclaré qu'à moins d'un succès des efforts diplomatiques, la province sera totalement vidée de sa population albanaise de souche. MmeRobinson a déclaré que, sur la base des informations faisant état de destructions délibérées des habitations des Kosovars albanais, de destructions de leurs propriétés et du pillage de leurs biens, on est inévitablement amené à conclure qu'un «nettoyage ethnique organisé est mené avec une détermination impitoyable». Les responsables doivent être poursuivis, a-t-elle déclaré.

La Haut-Commissaire a souligné que le sort des milliers d'hommes kosovars qui ont disparu après avoir été séparés de leurs épouses et enfants suscite de graves inquiétudes. «Plusieurs milliers de réfugiés ont apporté d'innombrables témoignages que les forces armées et de sécurité de la République fédérale de Yougoslavie les ont contraints à fuir.

Belgrade affirme que ce sont les bombardements menés par l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) qui ont provoqué cet exode», a dit MmeRobinson. Au cours des bombardements entrepris par l'OTAN, il est incontestable que de nombreux civils ont été tués et que des installations civiles ont été visées du fait de leur utilisation militaire possible ou avérée. L'OTAN reste seul juge pour déterminer quelles cibles sont acceptables ou non dans le cadre des bombardements, a estimé la Haut-Commissaire, qui a ajouté qu'il fallait respecter le principe de proportionnalité.

La Haut-Commissaire a déploré que le conflit fasse des victimes innocentes parmi les Serbes et les Kosovars ainsi que d'autres nationalités. Par conséquent, il est d'autant plus essentiel et urgent que la diplomatie et les efforts de paix s'intensifient en vue de parvenir à un règlement pacifique de la situation, dans le respect des principes des droits de l'homme. Elle a appelé les autorités de la République fédérale de Yougoslavie à déclarer sans équivoque que toute personne réfugiée ou déplacée pourra revenir chez elle en toute sécurité.

Au début du mois, la Haut-Commissaire a demandé au Rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme dans l'ex-Yougoslavie, M.Jiri Dienstbier, et à son envoyé personnel, M.Michel Moussali, de se rendre dans la zone concernée avec des observateurs, afin de recueillir des témoignages et de procéder à une vérification des allégations de violations massives des droits de l'homme. Le Haut-Commissariat a déployé des observateurs en République fédérale de Yougoslavie, en Albanie et au Monténégro.

La Haut-Commissaire effectuera une visite dans cette région du 2 au 13mai.

VOIR CETTE PAGE EN :