Skip to main content

Communiqués de presse Procédures spéciales

Des experts des droits de l’homme des Nations Unies appellent les EAU à «Libérer immédiatement le défenseur des droits de l’homme Ahmed Mansoor»

Les EAU appelés à «Libérer un militant»

28 mars 2017

GENÈVE (28 mars 2017) – Des experts des droits de l'homme des Nations Unies* appellent le gouvernement des Émirats arabes unis à libérer immédiatement le célèbre défenseur des droits de l'homme Ahmed Mansoor, arrêté la semaine dernière.

M. Mansoor, 47 ans, marié et père de quatre enfants, a été enlevé par des agents de la sécurité entrés par effraction à son domicile, tôt le 20 mars. On ne sait pas où il est détenu ni si des charges sont retenues contre lui.

«Nous considérons que l'arrestation et la détention de M. Mansoor est une atteinte directe à l'action légitime des défenseurs des droits de l'homme aux E.A.U,» ont déclaré les experts.  «Son travail remarquable en matière de promotion des droits de l'homme et de progrès de la démocratie, tout comme sa collaboration transparente avec les mécanismes des Nations Unies, sont particulièrement appréciés non seulement pour les E.A.U mais pour l'ensemble de la région,» ont-ils souligné.

«Nous craignons que son arrestation et sa détention au secret ne constituent une mesure de représailles pour son engagement avec les mécanismes des droits de l'homme des Nations Unies, pour les opinions qu'il a exprimées sur les réseaux sociaux, notamment Twitter, et parce qu'il est un membre actif d'organisations telles que le Gulf Centre for Human Rights et un partisan engagé de plusieurs autres, notamment Human Rights Watch.»

Les experts ont invité les autorités à révéler immédiatement le lieu de détention de M. Mansoor, récent lauréat du Prix Martin Ennals pour les droits de l'homme, en rappelant que la détention au secret est une forme de disparition forcée. Ils ont également averti que «le fait que M. Mansoor soit détenu dans un lieu secret l'expose au risque de mauvais traitements et de torture.»

Et d'insister: «L'absence de mandat d'arrêt ou de tout contrôle judiciaire lors de son arrestation et de sa détention constitue une violation des principes fondamentaux du droit à un procès équitable en vertu du droit international des droits de l'homme.»

Les experts des droits de l'homme des Nations Unies exhortent également les autorités des Émirats arabes unis à mettre fin au harcèlement et aux intimidations à l'encontre des défenseurs des droits de l'homme aux E.A.U et à respecter le droit de chacun à la liberté d'opinion et d'expression, notamment sur les réseaux sociaux et sur Internet.

CONCLUSIONS

(*) Les experts des droits des Nations Unies: le Groupe de travail sur la détention arbitraire; le Groupe de travail sur les disparitions forcées et involontaires; M. Michel Forst, Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l'homme; M. David Kaye, Rapporteur spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d'opinion et d'expression et M. Maina Kiai, Rapporteur spécial sur le droit de réunion pacifique et d'association.

Le terme procédures spéciales, qui désigne le plus grand corps d'experts indépendants au sein du système onusien des droits de l'homme, est généralement attribué aux mécanismes indépendants d'enquête et de supervision mis en place par le Conseil des droits de l'homme afin de traiter de la situation spécifique d'un pays ou de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent bénévolement; ils n'appartiennent pas au personnel de l'ONU et ne perçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou de toute organisation et siègent à titre personnel.

Pour de plus amples informations et les demandes de la presse, veuillez contacter Mme Amanda Flores (+41 22 917 9790 / [email protected]) ou écrire à Mm​e Lucía de la Sierra (+41 22 917 9741 / [email protected] )

Pour de plus amples informations et les demandes des médias, veuillez contacter: Brayn Wilson (+41 22 917 9826 / [email protected]​) ​​

​ Tag and share - Twitter: @UNHumanRights and Facebook: unitednationshumanrights

VOIR CETTE PAGE EN :