Skip to main content

Communiqués de presse Organes conventionnels

Le Sous-comité des Nations Unies pour la prévention de la torture en visite pour la première fois dans l’ancienne République yougoslave de Macédoine

Prévention de la torture

19 avril 2017

​Genève (19 avril 2017) – Le Sous-comité des Nations Unies pour la prévention de la torture (SPT) s'apprête à effectuer sa première visite dans l'ex-République yougoslave de Macédoine du 23 au 29 avril 2017 afin d'évaluer la question des personnes privées de leur liberté, ainsi que les mesures prises pour assurer leur protection contre la torture et les mauvais traitements.  

La délégation du SPT se rendra dans des lieux où des personnes sont ou peuvent être détenues, privées de liberté, y compris (mais sans toutefois s'y limiter) les prisons, les commissariats de police, les établissements psychiatriques, ainsi que les centres de détention pour migrants, demandeurs d'asile et enfants.  

Les experts rencontreront des hauts-fonctionnaires de l'État, des représentants des Nations Unies et de la société civile, et s'entretiendront avec l'organe national chargé de superviser les cas de détention, officiellement connu sous le nom de Mécanisme national de prévention. 

«Espérons que cette visite marque une étape importante en vue d'aider l'État à mettre pleinement en œuvre ses obligations découlant du Protocole facultatif à la Convention contre la torture et à renforcer la protection des personnes privées de liberté contre la torture et les mauvais traitements, y compris les migrants et les enfants,» a déclaré Aisha Shujune Muhammad, qui dirigera la délégation du SPT.  

«Au cours de notre visite, nous mettrons aussi l'accent sur les moyens de renforcer les efforts du Mécanisme national de prévention en vue de prévenir et éliminer la torture ou autres traitements cruels, inhumains ou dégradants à l'encontre des détenus. Sont inclus ici les conseils dispensés en vue de garantir son fonctionnement efficace,» a-t-elle ajouté. 

À l'issue de la visite, le SPT présentera ses observations préliminaires confidentielles au gouvernement. Pour le SPT, la clé de la prévention de la torture et des mauvais traitements réside dans l'établissement de relations constructives avec l'État concerné, et ses principes directeurs sont la coopération et la confidentialité.  

La délégation du SPT sera composée de: Mme Aisha Shujune Muhammad (Chef de délégation), Mme Mari Amos, Sir Malcolm Evans et Mme C. June Pagaduan Lopez. 

FIN 

Pour de plus amples informations et les demandes des médias, veuillez contacter:  

Dans l'ancienne République yougoslave de Macédoine: Emilie Thage (+41 22 917 96 86 ou + 41 70 201 01 19 / [email protected])  

À Genève: Liz Throssell (+41 22 917 94 66 / [email protected]) 

Contexte  

Le Protocole facultatif se rapportant à la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants a été ratifié par 83 pays à ce jour. Le SPT communique ses recommandations et ses observations aux États et, si nécessaire, aux mécanismes nationaux de prévention, au moyen d'un rapport confidentiel. Néanmoins, les États parties sont encouragés à demander au SPT qu'il rende ces rapports publics.  

Le SPT est composé de 25 experts indépendants et impartiaux provenant de différentes régions du monde. 

Pour de plus amples informations concernant le mandat du Sous-comité, consulter: http://www.ohchr.org/EN/HRBodies/OPCAT/Pages/OPCATIndex.aspx

Taguer et partager - Twitter: @UNHumanRights et Facebook: unitednationshumanrights

VOIR CETTE PAGE EN :