Skip to main content

Communiqués de presse Haut-Commissariat aux droits de l’homme

Guatemala : le Haut-Commissaire Volker Türk se dit inquiet face à la persécution de professionnels de la justice

18 janvier 2023

Plusieurs organisations de la société civile lors d’une manifestation devant la Cour suprême de justice pour soutenir l’ancienne cheffe du Bureau du Procureur spécial, Virginia Laparra, jugée pour abus de pouvoir à Guatemala City le 28 novembre 2022. © EPA-EFE

GENÈVE (le 18 janvier 2023) – Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme Volker Türk a exprimé mercredi sa profonde inquiétude face aux actes répétés d’intimidation, de harcèlement et de représailles contre plusieurs professionnels de la justice et d’autres personnes participant à la lutte contre l’impunité face aux violations des droits de l’homme ou travaillant sur des affaires de corruption.

« Compte tenu de l’histoire du Guatemala, il est navrant de voir que celles et ceux qui se battent pour que les responsables de violations flagrantes des droits de l’homme rendent des comptes sont à présent persécutés », a déclaré M. Türk.

« Il est tout aussi choquant de constater les attaques dont font l’objet celles et ceux qui tentent de lutter contre l’un des pires fléaux de notre société : la corruption. »

Plusieurs professionnels de la justice et d’autres personnes participant à la lutte contre l’impunité ou aux opérations anticorruption ont été visés par des enquêtes, placés en détention, inculpés, voire condamnés pour abus de pouvoir, obstruction à la justice et conspiration. Plusieurs autres individus ont par ailleurs fui le pays par crainte pour leur sécurité.

Entre 2021 et 2022, le Bureau du HCDH au Guatemala a relevé une augmentation de plus de 70 % du nombre de professionnels de la justice faisant l’objet d’intimidations et de procédures pénales pour leur travail sur la corruption ou les violations des droits de l’homme, en particulier celles qui se sont produites dans le contexte du conflit armé qui a eu lieu entre 1960 et 1996.

Le 16 janvier de cette année, le chef du Bureau du Procureur spécial contre l’impunité (FECI, Fiscalía Especial contra la Impunidad) a annoncé des mandats d’arrêt contre trois professionnels de la justice. L’un d’eux était membre du personnel de la CICIG, la Commission internationale contre l’impunité au Guatemala, un organisme soutenu par les Nations Unies chargé d’enquêter sur les crimes graves commis dans le pays et d’en poursuivre les auteurs.  Le Gouvernement a ordonné la fermeture de la CICIG en 2019.

Entre 2007 et 2019, la CICIG a aidé le système judiciaire national à traiter plus de 100 affaires très médiatisées de corruption présumée et d’autres infractions pénales impliquant des fonctionnaires du Gouvernement, des membres du Congrès et des tribunaux, ainsi que plusieurs personnes du secteur privé.

Depuis la dissolution de la CICIG, le nombre de cas de harcèlement et de poursuites pénales à l’encontre de ses anciens fonctionnaires et procureurs n’a cessé d’augmenter.

« Ces procédures judiciaires et l’absence de garanties d’une procédure régulière portent atteinte à l’état de droit dans tout le pays », a déclaré le Haut-Commissaire.

« J’appelle les autorités à prendre les mesures nécessaires pour renforcer et garantir l’indépendance du pouvoir judiciaire et assurer la protection nécessaire aux professionnels de la justice. »

FIN

Pour plus d’informations et pour toute demande de la part des médias, veuillez contacter :

À Genève
Liz Throssell + 41 22 917 9296 / [email protected] ou
Jeremy Laurence +  +41 22 917 9383 / [email protected] ou
Marta Hurtado - + 41 22 917 9466 / [email protected]

À Nairobi
Seif Magango : +254 788 343 897 / [email protected]

Suivez et partagez

Twitter @UNHumanRights
Facebook unitednationshumanrights
Instagram @unitednationshumanrights