Skip to main content

Communiqués de presse Procédures spéciales

Mali : Des experts de l'ONU exigent une enquête indépendante immédiate sur de possibles crimes internationaux commis par les forces gouvernementales et le « groupe Wagner »

31 janvier 2023

Des experts de l'ONU* ont appelé aujourd'hui à une enquête indépendante immédiate sur les violations flagrantes des droits de l'homme et les éventuels crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis au Mali par les forces gouvernementales et la société militaire et de sécurité privée connue sous le nom de "Groupe Wagner", depuis 2021.

Depuis 2021, les experts ont reçu des récits persistants et alarmants d'exécutions horribles, de charniers, d'actes de torture, de viols et de violences sexuelles, de pillages, de détentions arbitraires et de disparitions forcées perpétrés par les forces armées maliennes et leurs alliés dans la région de Mopti et ailleurs, dans le contexte des hostilités en cours.

« Nous sommes particulièrement préoccupés par des informations crédibles selon lesquelles, au cours de plusieurs jours fin mars 2022, les forces armées maliennes accompagnées de militaires soupçonnés d'appartenir au groupe Wagner, ont exécuté plusieurs centaines de personnes, qui avaient été rassemblées à Moura, un village dans le centre du Mali », ont déclaré les experts de l'ONU.

La plupart des victimes appartenaient à la minorité peule, ont-ils déclaré.

"Nous sommes troublés par l'augmentation apparente d'attribution de fonctions militaires traditionnelles au groupe Wagner dans diverses opérations militaires, y compris des opérations définies comme antiterroristes, notamment à Nia Ouro, Gouni et Fakala », ont ajouté les experts.

« Le Mali doit faire preuve de la plus grande vigilance pour interdire la participation directe aux hostilités de tous les individus opérant sur son territoire. L'utilisation de mercenaires, d'acteurs assimilés à des mercenaires et de sociétés militaires et de sécurité privées ne fait qu'exacerber le cycle de violence et d'impunité qui prévaut dans le pays », ont déclaré les experts.

Les victimes du groupe Wagner sont confrontées à de nombreux défis pour accéder à la justice et à des réparations pour les violations des droits humains, y compris les violences sexuelles, et les crimes commis à leur encontre, en particulier en raison du secret et de l'opacité qui entourent les activités de Wagner au Mali.

"Le manque de transparence et l'ambiguïté sur le statut juridique du groupe Wagner, combinés aux représailles contre ceux qui osent s'exprimer, créent un climat général de terreur pour les victimes et d'impunité totale pour les abus du groupe Wagner".

Les experts ont directement fait part de leurs préoccupations au gouvernement malien.

FIN

*Les experts : Ravindran Daniel (Chair-Rapporteur), Jelena Aparac, Carlos Salazar Couto, Chris Kwaja, Sorcha MacLeod, Groupe de travail sur l’utilisation  de mercenaires; Fionnuala Ní Aoláin, Rapporteuse spéciale sur les droits de l’homme et la lutte antiterroriste;  Alice Jill Edwards, Rapporteur spécial sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants;  Reem Alsalem, Rapporteuse spéciale sur la violence contre les femmes et les filles; Aua Baldé (Chair-Rapporteur), Gabriella Citroni (Vice-Chair), Angkhana Neelapaijit, Grażyna Baranowska, Luciano Hazan, Groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires; Fernand de Varennes, Rapporteur spécial sur les questions relatives aux minorités.

Les Experts indépendants font partie de ce qu’on appelle les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Le terme « procédures spéciales », qui désigne le plus grand corps d’experts indépendants au sein du système onusien des droits de l’homme, est généralement attribué aux mécanismes indépendants d’enquête et de supervision mis en place par le Conseil des droits de l’homme afin de traiter de la situation spécifique d’un pays ou de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent bénévolement ; ils n’appartiennent pas au personnel de l’ONU et ne perçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou de toute organisation et exercent leurs fonctions à titre individuel.

Pour les demandes de renseignements et demandes des médias, veuillez communiquer avec Alia El Khatib, OHCHR ([email protected]) ou Laura Ramirez, OHCHR ([email protected])

Pour toute requête des médias relative à d’autres experts indépendants des Nations Unies, veuillez contacter please contact Maya Derouaz ([email protected]), Dharisha Indraguptha ([email protected])

Suivez les actualités des experts indépendants des droits de l’homme des Nations Unies sur Twitter: @UN_SPExperts.

Le monde actuel vous préoccupe ?
DÉFENDEZ les droits des autres dès aujourd’hui.
Rejoignez la campagne « Défendez les droits de l’homme » (#Standup4humanrights)
et visitez le site Web http://www.standup4humanrights.org

 

Mots-clés

VOIR CETTE PAGE EN :