Skip to main content

Communiqués de presse Haut-Commissariat aux droits de l’homme

Guatemala : Volker Türk met en garde contre les représailles ciblant les professionnels de la justice

30 mars 2023

GENÈVE (le 30 mars 2023) – Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme Volker Türk s’est dit inquiet jeudi face à l’érosion constante de l’état de droit au Guatemala, où les professionnels de la justice, y compris ceux qui ont travaillé avec la Commission internationale contre l’impunité au Guatemala (CICIG, soutenue par l’ONU) ou qui ont coopéré avec cette dernière, continuent de faire l’objet d’intimidations, de harcèlement et de poursuites. 

« Il est particulièrement inquiétant que des procédures administratives et pénales soient utilisées, à titre de représailles semble-t-il, contre celles et ceux qui ont enquêté et poursuivi des affaires de corruption ou de graves violations des droits de l’homme commises pendant le conflit armé », a déclaré M. Türk.

Le 28 mars dernier, dans la dernière d’une série d’affaires de ce type, le Bureau du procureur spécial contre l’impunité (Fiscalía Especial contra la Impunidad, FECI) a annoncé qu’il engageait des poursuites contre l’ancien commissaire de la CICIG, Francisco Dall’Anese, dans le cadre de son travail au sein de la Commission.

« Je trouve également très préoccupant le fait que des candidats à la présidence et à la vice-présidence issus de l’ensemble du spectre politique, notamment Thelma Cabrera, Jordan Rodas et Roberto Arzú, ont vu leur candidature aux élections du 25 juin rejetée par le Tribunal électoral pour des motifs apparemment arbitraires », a-t-il ajouté. Ces affaires font l’objet d’un appel devant la Cour suprême.

« Le droit de participer aux affaires publiques, y compris le droit de voter et d’être élu, est un droit humain internationalement reconnu. La Cour constitutionnelle, la Cour suprême de justice et le Tribunal électoral doivent statuer sur les affaires dont elles sont saisies de manière impartiale, en s’appuyant sur les faits et conformément à la loi, sans aucune restriction ni influence indue », a souligné le Haut-Commissaire.

J’appelle les autorités guatémaltèques à faire en sorte que les juges et les avocats puissent travailler librement et sans crainte de représailles. L’indépendance du pouvoir judiciaire est essentielle pour une société démocratique », a-t-il conclu.

FIN

Pour plus d’informations ou pour toute demande des médias, veuillez contacter :

À Genève
Ravina Shamdasani :  + 41 22 917 9169 / [email protected] ou
Liz Throssell : + 41 22 917 9296 / [email protected] ou
Jeremy Laurence : +41 22 917 9383 / [email protected] ou
Marta Hurtado : + 41 22 917 9466 / [email protected]

À Nairobi
Seif Magango : +254 788 343 897 / [email protected]

Suivez et partagez

Twitter @UNHumanRights
Facebook unitednationshumanrights
Instagram @unitednationshumanrights