Skip to main content

Communiqués de presse Procédures spéciales

République centrafricaine : Un expert des Nations Unies appelle à une action pour mettre une fin à l'impunité

24 août 2023

GENÈVE (24 août 2023) - Un expert de l'ONU a exprimé sa vive préoccupation concernant la situation des droits de l'homme en République centrafricaine.

" Compte tenu des tensions et des divisions résultant du référendum constitutionnel, les autorités centrafricaines doivent de toute urgence engager tous les acteurs dans un véritable dialogue politique visant à désamorcer la situation et à créer un climat de confiance ", a déclaré Yao Agbetse, l'expert indépendant de l'ONU sur la République centrafricaine, à l'issue d'une visite de 10 jours dans le pays.

"Seul un dialogue politique inclusif peut fournir un cadre pour (re)construire un consensus.  L'approche militaire a montré ses limites et il y a un besoin urgent d'une offre politique cohérente et prévisible", a déclaré M. Agbetse.

Il a souligné qu'un climat politique apaisé était essentiel pour la reprogrammation immédiate des élections locales, qui ont été reportées indéfiniment. "Le gouvernement doit faire tout ce qui est en son pouvoir pour créer les conditions d'une élection inclusive, transparente, juste et démocratique, avec la participation effective des femmes et des jeunes", a déclaré l'expert de l'ONU.

Il a exhorté les autorités à relancer le processus de mise en œuvre de l'Accord de Khartoum (APPR-RCA) et de la Feuille de route conjointe de Luanda et à s'engager à respecter les 217 recommandations du Dialogue républicain en prenant des mesures politiques concrètes pour encourager les autres acteurs du conflit à honorer leurs engagements.

"La diplomatie sous-régionale est essentielle pour que les autorités centrafricaines abordent les questions de sécurité aux frontières, en particulier avec le Soudan", a ajouté M. Agbetse.

L'augmentation des attaques par des groupes armés, en particulier la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC) et la montée du groupe Azandé Ani Kpi Gbé dans le sud-est, créent un climat d'insécurité, a-t-il dit.  Selon l'expert, les attaques directes des groupes armés, y compris les attaques contre les villages, les sites miniers, les champs et les routes, ont un impact sur l'activité économique du pays et entraînent de graves violations des droits de l'homme. "L'insécurité est un obstacle majeur à la restauration de l'autorité de l'État", a-t-il déclaré, notant qu'elle accroît également la dépendance à l'égard de l'aide humanitaire.

Dans la région de Vakaga, 17 820 réfugiés et demandeurs d'asile, principalement des femmes et des enfants, auraient afflué à Am-Dafock, puis se seraient installés à Korsi près de Birao, à 65 km de la frontière, pour des raisons de sécurité liées au conflit au Soudan. Parmi eux se trouvent 4 701 Centrafricains rapatriés du Soudan. Les tensions au Tchad auraient également poussé 37 000 réfugiés et demandeurs d'asile tchadiens vers la région, trouvant refuge dans la région de Paoua (préfecture d'Ouham-Pendé).

Agbetse a observé que la situation avait de graves répercussions sociales, avec des pénuries et une forte augmentation du prix des denrées alimentaires de base. Plus de 72 % des réfugiés seraient hébergés par des familles d'accueil, qui ont besoin d'un soutien psychologique, matériel et financier. "J'appelle la communauté internationale à renforcer son soutien aux opérations humanitaires en finançant le Plan de réponse humanitaire", a-t-il déclaré.

L'expert a déclaré que la situation dans le nord-ouest était également très préoccupante en raison de la présence d'engins explosifs. "Les victimes sont principalement des civils qui sont privés de l'assistance humanitaire de base", a-t-il déclaré, appelant les partenaires techniques et financiers à fournir les ressources nécessaires à l'UNMAS et aux organisations disposant de l'expertise nécessaire pour nettoyer les zones touchées.

"La situation en RCA nécessite une combinaison d'efforts sur les fronts de l'humanitaire et du développement", a déclaré M. Agbetse. "Les réponses humanitaires dictées par l'urgence doivent être combinées avec des actions de développement qui font partie d'un plan de développement national.
Les associations de victimes appellent également à une plus grande synergie avec le mécanisme de lutte contre l'impunité.

Lire la déclaration complète :  https://www.ohchr.org/sites/default/files/documents/issues/ie-car/EOM-statement-IE-CAR-2023-08-18-fr.pdf

FIN

M. Yao Agbetse (Togo), expert indépendant sur la République centrafricaine, est un avocat, chercheur et enseignant spécialisé dans les droits de l'homme qui a consacré les 25 dernières années de sa vie à la justice et aux droits de l'homme, y compris les droits de l'enfant. Il a mis en œuvre des programmes de droits de l'homme au niveau national et a fourni des conseils juridiques et techniques pour l'élaboration et le suivi des lois et politiques nationales en matière de droits de l'homme, notamment au Bénin, en Côte d'Ivoire, en République démocratique du Congo, au Mali et au Togo. Il a créé un espace et des outils pour le dialogue et les efforts conjoints des acteurs étatiques et des OSC. En RDC, en Côte d'Ivoire et au Mali, il a mis en œuvre des programmes de DDR, formé des chefs d'armée et de police et apporté son soutien aux titulaires de mandat et aux opérations des Nations unies, notamment en participant au dialogue interactif au titre du point 10 lors des sessions du Conseil des droits de l'homme à Genève.

Page pays des droits de l'homme de l'ONU : République centrafricaineweb à l'adresse http://www.standup4humanrights.org

Pour toute information complémentaire, veuillez contacter Isatou Harris ([email protected])

Pour les demandes des médias et concernant les autres experts indépendants de l'ONU, veuillez contacter

Maya Derouaz ([email protected]) et
Dharisha Indraguptha ([email protected]).

Suivez les nouvelles relatives aux experts indépendants des droits de l'homme de l'ONU sur Twitter @UN_SPExperts.

Vous êtes préoccupé par le monde dans lequel nous vivons ?
Alors, DEBOUT pour les droits de quelqu'un aujourd'hui.
#Standup4humanrights
et visitez la page

VOIR CETTE PAGE EN :