Skip to main content

Communiqués de presse Multiple Mechanisms FR

Rapport de l’ONU : le manque de participation effective des personnes d’ascendance africaine aux affaires publiques freine les progrès en matière de justice et d’égalité raciales

05 septembre 2023

iStock / Getty Images Plus

GENÈVE (le 5 septembre 2023) – Les personnes d’ascendance africaine continuent de faire face à d’immenses difficultés pour participer de manière effective à la conduite des affaires publiques dans de nombreux pays en raison du racisme systémique, de la marginalisation et de l’exclusion souvent inhérentes aux séquelles de l’esclavage et du colonialisme, selon un rapport publié aujourd’hui par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH).

D’après ce rapport, le racisme systémique continue d’affecter négativement les personnes d’ascendance africaine dans tous les aspects de la vie. Les décès de personnes d’ascendance africaine pendant ou après des interactions avec les forces de l’ordre se poursuivent et le rapport constate que peu de progrès ont été réalisés pour lutter contre l’impunité, malgré la lutte constante des familles pour obtenir justice et des réparations effectives.

« Si l’on veut vaincre le racisme systémique, les États doivent accélérer leur action en faveur d’une participation effective, inclusive et sûre des personnes d’ascendance africaine à tous les aspects des affaires publiques », a déclaré Volker Türk, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme.

« Les États doivent commencer par s’assurer que les besoins, les expériences et l’expertise des personnes d’ascendance africaine sont au cœur de l’élaboration, de la mise en œuvre et de l’évaluation des politiques. »

« Rien ne doit être fait pour elles sans elles », a-t-il souligné.

Le Haut-Commissaire a ajouté que les données ventilées par race et origine ethnique sont essentielles pour garantir que les efforts menés pour lutter contre le racisme systémique s’appuient sur des preuves. Pourtant, de nombreux pays continuent de ne pas recueillir, publier ou utiliser ces données pour soutenir l’élaboration des politiques.

Le rapport met en évidence des exemples de mesures prises pour faciliter la participation des personnes d’ascendance africaine aux affaires publiques dans certains pays, mais il déplore également les difficultés persistantes et l’absence, dans de nombreux pays, d’un « environnement sûr et propice aux personnes d’ascendance africaine qui [veulent] être actives et échanger leurs expériences et leurs connaissances afin d’exercer une influence sur les processus décisionnels ».

« Le racisme et la discrimination raciale, la surveillance, le harcèlement, l’intimidation, les arrestations et la violence contre les personnes d’ascendance africaine et les acteurs de la société civile d’ascendance africaine entravent la participation effective, inclusive et sûre des personnes d’ascendance africaine aux affaires publiques dans de nombreux pays », a déclaré M. Türk.

Le Haut-Commissaire a également publié une note d’orientation destinée aux États sur l’application effective du droit à la participation aux affaires publiques, dans laquelle il met l’accent sur le besoin urgent pour les États de mener des actions ciblées dans ce domaine.

Il a appelé les États à mettre en place des approches juridiques, politiques et institutionnelles globales et multidimensionnelles, fondées sur des données probantes, afin de démanteler le racisme systémique dans tous les domaines de la vie, y compris dans celui de l’application de la loi.

« Des décès pendant ou après des interactions avec les forces de l’ordre continuent d’être signalés, sans que des progrès suffisants aient été accomplis en matière d’établissement des responsabilités et de réparation », a déclaré le Haut-Commissaire.

« Les États doivent prendre des mesures fermes pour garantir la justice et des réparations dans ces cas, et mettre en place des mécanismes de contrôle renforcés et indépendants. Il est essentiel qu’ils examinent le rôle que jouent la discrimination raciale, les stéréotypes et les préjugés dans les processus d’application de la loi et d’établissement des responsabilités. »

Le rapport sera officiellement présenté au Conseil des droits de l’homme le 5 octobre.

FIN

Des informations sur le programme de transformation pour la justice et l’égalité raciales sont disponibles à l’adresse suivante : https://www.ohchr.org/fr/racism/agenda-towards-transformative-change-racial-justice-and-equality.

Pour plus d’informations et pour toute demande de la part des médias, veuillez contacter :

À Genève
Ravina Shamdasani : + 41 22 917 9169 / [email protected] ;
Liz Throssell : + 41 22 917 9296 / [email protected] ; ou
Marta Hurtado : + 41 22 917 9466 / [email protected]

À Nairobi
Seif Magango : + 254 788 343 897 /[email protected]

Suivez et partagez

Twitter @UNHumanRights
Facebook unitednationshumanrights
Instagram @unitednationshumanrights