Skip to main content

Communiqués de presse Procédures spéciales

À l'approche d'un grand salon de la sécurité à Paris, la rapporteuse des Nations unies sur la torture demande à la France de surveiller l'exposition pour y trouver des instruments de torture illégaux

21 juin 2024

GENEVE (21 juin 2024) – La Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur la torture a contacté le gouvernement français à l'approche d'un important salon de la sécurité et de l'armement qui se tient à Paris cette semaine, afin de s'assurer que les exposants ne font pas la promotion d'outils de torture illégaux. Son intervention fait suite à un événement précédent, « Milipol Paris », qui s'est tenu en novembre 2023, où il a été découvert que des entreprises françaises et étrangères faisaient la promotion d'équipements considérés comme intrinsèquement cruels, inhumains ou dégradants.

« Le commerce d'instruments de torture est barbare et doit être limité de toute urgence », a déclaré Alice Jill Edwards, rapporteuse spéciale des Nations unies sur la torture. « À Milipol Paris, à la fin de l'année dernière, des articles considérés comme illégaux au regard de la législation de l'Union européenne ont été observés dans les documents commerciaux de quatre sociétés étrangères. Il s'agissait notamment des matraques à pointes, des menottes pour les pouces, des entraves pour les jambes, des entraves pour les jambes avec des menottes attachées et des protège-bras à pointes ».

« D'autres équipements que j'ai annoncés comme faisant partie de ma liste d'équipements et d'armes de maintien de l'ordre interdits ont également été mis en vente par des entreprises immatriculées en France et à l'étranger ».

Ces articles comprenaient des pistolets à impulsion électrique à contact direct, des matraques et des gants à impulsion électrique, des munitions contenant de multiples projectiles à impact cinétique (KIP) et des lanceurs de KIP à canons multiples.

La communication de l'experte de l'ONU avec la France a eu lieu au début d'Eurosatory 2024, un événement qui attend 2 000 exposants de 62 pays différents et 62 000 visiteurs du monde entier.

« Les appareils en vente à Milipol Paris peuvent facilement percer la peau, risquer d’endommager les os de la main et provoquer une électrocution en appuyant sur un simple bouton. Il n'y a pas de place dans l'ère moderne pour des appareils qui causent de telles souffrances humaines », a déclaré Mme Edwards.

« L'année dernière, j'ai présenté à l'Assemblée générale des Nations unies une liste d'articles utilisés par les forces de l'ordre et d'autres autorités publiques que je considère comme étant en violation de l'interdiction internationale de la torture. J'ai demandé qu'ils soient retirés de la vente, de l'utilisation et de la production ».

La rapporteuse spéciale a noté que la République française a montré la voie en garantissant l'interdiction d'un grand nombre d'articles figurant sur sa liste d'interdictions, et que l'État a également été un fervent partisan de son appel en faveur d'un instrument international relatif aux droits de l'homme visant à réglementer l'utilisation, la production, la promotion, le financement et le commerce d'équipements utilisés par les forces de l'ordre et d'autres autorités publiques et qui risquent d'infliger des formes de peines ou de traitements cruels, inhumains ou dégradants.

« J'invite le gouvernement français à continuer à soutenir et à faire pression en faveur d'un accord mondial pour un commerce sans torture », a déclaré l'expert de l'ONU.

La rapporteuse spéciale a demandé au gouvernement français d'expliquer les mesures qu'il a prises pour empêcher l'exposition ou la vente d'armes et d'équipements prohibés.

La liste des instruments de torture interdits établie par la rapporteuse spéciale des Nations unies sur la torture figure à l'annexe 1 de son rapport à l'Assemblée générale. Elle a également dressé une liste de biens susceptibles d'être utilisés à mauvais escient pour infliger des tortures et qui devraient être réglementés aux niveaux national et international.

Dr. Alice Jill Edwards, Rapporteuse spéciale sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Les rapporteurs spéciaux font partie des procédures spéciales du Conseil des droits de l'homme. Les procédures spéciales, le plus grand groupe d'experts indépendants du système des droits de l'homme des Nations unies, est le nom général des mécanismes indépendants d'enquête et de suivi du Conseil qui traitent soit de situations nationales spécifiques, soit de questions thématiques dans toutes les parties du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent sur une base volontaire ; ils ne font pas partie du personnel des Nations unies et ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou organisation et travaillent à titre individuel.

Droits de l'homme des Nations unies, page pays – France

Pour plus d'informations et pour les demandes des médias, veuillez contacter [email protected]

Pour les demandes des médias concernant d'autres experts indépendants des Nations unies, veuillez contacter Dharisha Indraguptha ([email protected]) ou John Newland ([email protected])

VOIR CETTE PAGE EN :