Skip to main content

Rapporteur spécial sur les formes contemporaines d’esclavage

Rapporteur spécial sur les formes contemporaines d’esclavage, y compris leurs causes et leurs conséquences

En mars 2020, le Conseil des droits de l’homme a nommé Tomoya Obokata en tant que Rapporteur spécial sur les formes contemporaines d’esclavage, y compris ses causes et ses conséquences.

L’article 4 de la Déclaration universelle des droits de l’homme stipule que « nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude : l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes ».

Bien que l’esclavage ait été la première question des droits de l’homme suscitant de grandes préoccupations au niveau international, cette question est encore présente aujourd’hui et les pratiques s’apparentant à de l’esclavage demeurent également un problème grave et constant.

Le mandat sur les formes contemporaines d’esclavage inclut, sans s’y limiter, les questions relatives à l’esclavage traditionnel, le travail forcé, la servitude pour dette, le servage, les enfants travaillant dans des conditions d’esclavage ou s’apparentant à l’esclavage, la servitude domestique, l’esclavage sexuel, et les formes serviles de mariage. L’esclavage traditionnel en tant que système de main-d’œuvre légalement autorisé a été aboli partout dans le monde, mais il n’a pas été complètement éradiqué. Il peut persister dans les esprits – chez les victimes et leurs descendants et parmi les héritiers de ceux qui l’ont pratiqué – longtemps après son abolition officielle.

Bien souvent les victimes des formes contemporaines d’esclavage font partie d’une population cachée, dont certains membres se livrent à des activités illicites. L’esclavage se pratique souvent dans des régions reculées où il peut être difficile de se rendre, surtout quand les travailleurs sont impliqués dans des activités illégales, qu’ils sont isolés géographiquement ou lorsqu’il s’agit de pays ou régions frappés par la violence ou l’instabilité politique.

Ceux qui en souffrent sont en majorité les groupes sociaux les plus pauvres, les plus vulnérables et les plus marginalisés de la société. La peur, la méconnaissance de leurs droits et la nécessité de survivre les empêchent de sortir de leur silence.

Pour pouvoir éliminer l’esclavage sous toutes ses formes, il est indispensable de s’attaquer aux causes profondes de l’esclavage, notamment la pauvreté, l’exclusion sociale et toutes les formes de discrimination. Nous devons également promouvoir et protéger les droits de tous, et en particulier ceux des personnes les plus vulnérables de notre société. Lorsque des violations des droits de l’homme ont déjà eu lieu, nous devons aider à restaurer la dignité des victimes.

Coordonnées

M. Tomoya Obokata
Rapporteur spécial des Nations Unies sur les formes contemporaines d’esclavage, y compris leurs causes et leurs conséquences
c/o HCDH
Office des Nations Unies à Genève
8-14 avenue de la Paix
CH-1211 Geneva 10
Suisse
Fax: (+41) 22 917 90 06

Courriel : [email protected] ou
[email protected]

Précédentes titulaires du mandat


Urmila Bhoola
2014 - 2020

Gulnara Shahinian
2008-2014