Skip to main content

Discrimination à l’égard des femmes dans le domaine de la nationalité

Groupe de travail sur la discrimination à l’égard des femmes et des filles

Dans certains pays, les femmes n’ont pas les mêmes droits que les hommes d’acquérir, de changer ou de conserver leur nationalité. Elles ne sont parfois pas autorisées à transmettre leur nationalité à leurs enfants ou à leur mari dans des conditions d’égalité, ce qui conduit souvent à l’apatridie.

Un document de position de 2017 examine les effets des lois discriminatoires relatives à la nationalité sur les droits des femmes, de leurs enfants et de leurs maris.

Ce document souligne les différentes façons dont notre Groupe de travail s’est engagé et a plaidé en faveur d’une réforme juridique sur cette question, notamment :

  • grâce à des analyses thématiques comme le rapport sur la vie publique et politique et le rapport sur la vie familiale et culturelle, portant sur la manière dont les lois discriminatoires dans le domaine de la nationalité portent atteinte aux droits des femmes à la citoyenneté, et font obstacle à l’égalité des femmes au sein de la famille, ainsi qu’à leur mobilité ;
  • en rencontrant directement les États, comme lors des visites au Maroc et au Koweït, afin de formuler des recommandations visant à modifier les lois ;
  • à travers des campagnes écrites adressées aux États pour leur demander de réformer les lois nationales discriminatoires.

Télécharger le document de position sur la discrimination à l’égard des femmes dans le domaine de la nationalité

 

VOIR CETTE PAGE EN :