Skip to main content

Personnes âgées

Les personnes âgées dans les situations d’urgence

01 octobre 2019

« Les situations d'urgence influencent l'exercice des droits de l'homme. Même si les personnes âgées sont touchées de manière disproportionnée dans ces situations, elles demeurent souvent invisibles », a déclaré l'Experte indépendante sur les droits des personnes âgées Rosa Kornfeld-Matte.

Mme Kornfeld-Matte s'est exprimée à ce sujet alors qu'elle présentait son rapport au Conseil des droits de l'homme. Ce rapport porte sur les droits de l'homme des personnes âgées dans les situations d'urgence et contient plusieurs suggestions d'amélioration.

Les situations d'urgence – qu'elles soient causées par des catastrophes naturelles ou des conflits – accentuent les nombreux problèmes auxquels les personnes âgées sont déjà confrontées en matière de droits de l'homme. Selon Mme Kornfeld-Matte, les vulnérabilités telles que la mobilité réduite, les problèmes de santé, le handicap et le fait de prendre soin d'autres membres de la famille constituent des obstacles pour les personnes âgées qui essaient d'accéder à l'aide humanitaire dans les situations d'urgence.

« Malgré les risques accrus auxquels elles sont exposées, les personnes âgées sont souvent moins visibles dans les processus de planification et d'évaluation, en raison notamment de la plus grande place qui est accordée aux groupes d'âge plus jeunes dans l'action humanitaire et communautaire », a-t-elle expliqué.

Le rapport indique que le manque de données concernant le nombre de personnes âgées affectées pendant les situations d'urgence a un effet néfaste sur les droits et les services. Par exemple, en 2018, 68,5 millions de personnes dans le monde ont été déplacées de force à la suite de conflits ou de violences généralisées. Aucune donnée n'était disponible quant au nombre de personnes âgées ayant été déplacées durant cette période.

Les quelques statistiques disponibles concernant les personnes âgées dans les situations d'urgence concernent les populations réfugiées et datent de 2017, où les données montrent que 3 % des réfugiés avaient plus de 60 ans. Mme Kornfeld-Matted considère que le manque de données actuelles constitue un obstacle à l'inclusion des personnes âgées dans l'action humanitaire.

« Dans les situations de déplacements forcés, les personnes âgées sont souvent confrontées à de nombreux problèmes pour accéder aux régimes de protection sociale », a-t-elle indiqué. « Les personnes âgées sont généralement exclues des initiatives de relèvement économique. Les programmes relatifs aux moyens de subsistance sont souvent assortis d'un âge limite ou ne reconnaissent pas les compétences et capacités des personnes âgées qui veulent travailler. »

Mme Kornfeld-Matte formule plusieurs recommandations dans son rapport visant à améliorer les services proposés aux personnes âgées dans les situations d'urgence, notamment l'amélioration de la collecte et de l'analyse des données des populations touchées ; la consultation des personnes âgées afin d'identifier les barrières qu'elles rencontrent pour accéder à une assistance ; l'élimination de la discrimination dans les programmes relatifs aux moyens de subsistance pour offrir un choix et des options aux personnes âgées dans la conception de ces programmes ; et la prise en compte des besoins des personnes âgées en matière de santé dans toute planification des soins de santé.

« Dans les situations d'urgence, les personnes âgées sont particulièrement vulnérables, a-t-elle expliqué. Il ne faut pas oublier que l'âge accentue souvent d'autres formes de vulnérabilité ou d'inégalité, comme le genre. Lorsque les personnes âgées n'exercent pas pleinement leurs droits en temps normal, leur vulnérabilité dans les situations d'urgence peut augmenter. »

1er octobre 2019